FR | NL | LU
Peoplesphere

Résultats pour le tag: ‘Maladie’

L’absentéisme pour cause de maladie en nette diminution en 2020: un phénomène en trompe l’oeil?

Le rapport de SD Worx sur l’absentéisme pour cause de maladie de 2020 (basé sur les données salariales de quelque 750.000 travailleurs belges du secteur privé) relève la forte diminution du nombre d’absences de courte durée au travail. Ainsi, 41% des travailleurs du secteur privé n’affichaient aucune absence pour cause de maladie en 2020, c’est nettement mieux qu’en 2019 (37%) et le meilleur niveau depuis 2010. Nous sommes aussi un peu moins souvent absents : la moyenne pour nous tous passe de 1,4 à 1,2 fois par an en moyenne). C’est également un chiffre historiquement bas, à savoir le point le plus bas depuis 2010. Difficile de ne pas y voir un biais introduit par le travail à domicile qui induit des absences non déclarées et donc… non comptabilisées dans les statistiques de nos entreprises. Lire plus

Population ‘inactive’: la Belgique est un des pays européens comptant le plus de personnes malades et invalides.

Le taux de malades et d’invalides a fortement augmenté dans notre pays au cours des dix dernières années. Selon une étude de Randstad Research, la progression belge de cette dernière décennie a été nettement plus marquée que dans le reste de l’Europe. L’hypothèse selon laquelle cette augmentation s’expliquerait par le vieillissement de la population, les vases communicants entre régimes de chômage et de maladie-invalidité ainsi que l’évolution des conditions de travail, ne tient pas la route. Lire plus

La diminution de l’absentéisme de courte durée se confirme: une preuve de résilience?

Au cours des trois derniers mois, le Belge s’est déclaré moins souvent malade par rapport à l’année précédente. En novembre et en décembre 2020, 1,8 % des heures de travail ont en moyenne été perdues en raison d’absentéisme pour maladie de courte durée (absence de moins d’un mois). Ce chiffre est d’un quart inférieur à celui de novembre – décembre 2019. Il s’agit également d’une baisse de près de 30 % par rapport au premier confinement. Cette tendance positive pourrait indiquer le bon niveau de résistance au surmenage du côté des travailleurs.  Hypothèse non explorée : elle peut aussi être le résultat de la non-déclaration d’absences dans le cadre du télétravail. Lire plus

Les secteurs agro-alimentaire et de la distribution restent sur le pied de guerre malgré l’augmentation de l’absentéisme.

La hausse du nombre de malades en octobre affecte également nos entreprises. Le secteur agroalimentaire est ainsi plus touché que la moyenne : l’absentéisme de courte durée y est supérieur d’un cinquième (20 %) par rapport à l’année dernière. Pourtant, il ressort des derniers chiffres de l’Employment Tracker du prestataire de services RH SD Worx que les jours d’occupation effective ont continué d’augmenter pour atteindre 76 % dans l’agroalimentaire en octobre. Une belle progression, même si c’est moins qu’avant la crise, où le taux d’occupation était de plus de 80 %. Lire plus

L’absentéïsme de longue durée a atteint un taux record au cours du premier semestre 2020 sous l’effet de la pandémie.

Dans un contexte où le monde de l’emploi est frappé de plein fouet par le coronavirus, l’absentéisme de longue durée (plus d’un an) en Belgique a atteint un record sans précédent au cours du premier semestre 2020. Les absences de courte durée (moins d’un mois) ont, quant à elles, connu une forte baisse sur le marché du travail belge. Il s’agit d’une diminution artificielle causée par le système de chômage temporaire: il importe que les employeurs ne relâchent pas leurs efforts en la matière. Lire plus

L’analyse statistique des chiffres du marché du travail démontre le premier impact du coronavirus: c’est la durée du temps de travail qui a servi de variable d’ajustement.

En tant qu’office belge de statistique, Statbel souhaite analyser l’impact du coronavirus sur le marché du travail. C’est pourquoi Stable publie dorénavant des données mensuelles provisoires sur l’emploi et le chômage, tirées de l’Enquête sur les forces de travail (EFT). Cette enquête est harmonisée au niveau européen. Dans cette première publication, il s’agit d’examiner la durée de travail et les raisons pour lesquelles les répondants ont travaillé plus ou moins pendant la crise du coronavirus. On observe ainsi, comme prévu, une nette diminution de la durée de travail. Une personne occupée sur quatre a travaillé moins que d’habitude, voire pas du tout, au cours du mois de mars. Lire plus

L’absentéisme continue d’augmenter: le Belge s’est absenté en moyenne 13 jours sur l’année pour cause de maladie.

L’absentéisme pour cause de maladie a continué d’augmenter en 2019, en particulier en raison de la hausse continue des absences de longue durée (entre 1 mois et 1 an). L’absentéisme de courte durée (moins d’un mois) a peu évolué comparé à 2018, mais est soumis à la grippe saisonnière entre autres, avec des pics en février et octobre, deux mois records. Le Belge a été malade en moyenne près de 13 jours (12,9) cette année. L’an dernier, cette moyenne s’élevait à 12,6 jours. Sur une période de cinq ans, cela représente une hausse de 15,0 %. Lire plus

La reprise du travail à temps partiel après maladie ou accident s’installe progressivement auprès des travailleurs et des (grandes) entreprises.

Le nombre de Belges qui reprennent partiellement le travail chez leur employeur après une période d’absence pour cause de maladie ou d’accident a pratiquement doublé en l’espace de cinq ans. À l’heure actuelle, 1,92 % des travailleurs malades reprennent progressivement le travail. Toutefois, d’importantes différences existent au niveau régional. La Région de Bruxelles-Capitale est en tête avec 2,33 % de malades qui reprennent progressivement le travail. Il existe également des différences manifestes entre les grandes et les petites entreprises. Les grandes entreprises comptent près de deux fois plus de reprises progressives que les plus petits employeurs. Autre point positif, le nombre de ruptures du contrat pour force majeure médicale diminue : 3,14 % des contrats à durée indéterminée ont été rompus pour cette raison en 2018, selon les chiffres collectés par Acerta. Lire plus

Impact du leadership sur l’absentéisme: les collaborateurs qui travaillent par ‘obligation’ sont plus souvent absents et beaucoup plus exposés au burn-out.

L’étude menée par Securex tente d’établir et de quantifier la relation de causalité entre la qualité du leadership et la motivation autonome des travailleurs. Les résultats confirment la plupart des affirmations classiques en faveur d’un management durable: le supérieur hiérarchique reste à l’évidence un maillon crucial dans la réduction de l’absentéisme, du risque de burn-out et de la rotation du personnel. Pas moins de 1 travailleur sur 5 (22 %) qui travaille par obligation est absent au moins 21 jours pour cause de maladie ou d’accident domestique – parmi ceux qui choisissent délibérément de travailler, ils ne sont que 1 sur 10. Aussi, ceux qui travaillent parce qu’ils le souhaitent (par envie) sont disposés à travailler 4 ans de plus que ceux qui travaillent parce qu’il le faut. Lire plus

L’absentéisme de courte durée augmente de 14,4% en 5 ans: les grandes entreprises confrontées à ce phénomène inquiétant.

L’absentéisme pour maladie de courte durée (absence sur le lieu de travail de moins de 30 jours) a augmenté de 14,4 % en Belgique au cours des 5 dernières années. En 2018, 2,38 % de toutes les heures ouvrables n’ont pas été prestées en raison de maladie de courte durée. Et c’est étonnant, car les Belges ne s’étaient encore jamais tant préoccupés de leur santé. Les plus petites entreprises ont deux fois moins de personnel absent pour une courte période de maladie que les grandes entreprises de notre pays. En outre, il existe de grandes différences entre les travailleurs : plus de la moitié des travailleurs belges n’a pris aucun jour de maladie l’an dernier. Lire plus

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.