FR | NL | LU
Peoplesphere

Comment les entreprises en restructuration vont-elles tenir compte des travailleurs indépendants?

La réflexion doit rapidement être amorcée. La restructuration annoncée par le groupe ING est sans doute emblêmatique à cet égard car au-delà des licenciements prévus concernant les salariés à l’intérieur du groupe, plus de 2.000 travailleurs dépendent d’agences gérés par des indépendants qui sont susceptibles de devoir arrêter leurs activités. C’est un cas d’école sans aucun doute. Les entreprises confrontées à une problématique de redimensionnement peuvent-elles encore aujourd’hui traiter les collaborateurs indépendants comme de simples fournisseurs ?

La Feprabel (fédération des courtiers et intermédiaires financiers) tient à sensibiliser sans tarder. Elle souligne en effet que « le nombre annoncé d’emplois supprimés dans le cadre de la restructuration d’ING est malheureusement sous-estimé. Aux 1.700 postes salariés, il faut ajouter les quelques 2.000 personnes occupées (indépendantes et salariées) dans les 500 agences Record Bank et les 250 agences ING indépendantes. Au moment où les négociations (ou plutôt les échanges d’informations) débutent entre la direction d’ING et les syndicats, les Fédérations* représentant les intermédiaires financiers francophones, en association avec l’UCM, tiennent à faire entendre la voix de ces oubliés du désastre. »

Elle rappelle aussi que « les agents indépendants et par corollaire tous leurs salariés sont livrés seuls à des négociations individuelles avec le groupe ING. Nous demandons de la clarté, de la transparence et un traitement équitable pour tous. Dans une logique purement financière, ING a recours au statut d’indépendant afin d’éviter les charges sociales, MAIS veille à garder ces mêmes indépendants totalement inféodés à la marque quand il s’agit de décider de la politique commerciale, de la gestion d’une PME (agence bancaire indépendante), des rémunérations et de l’organisation des agences. De nombreuses questions sont posées mais restent sans réponse devant le mutisme de la direction tant de RECORD BANK que d’ING (maison mère). L’objectif est-il de modifier unilatéralement les relations contractuelles avec les agents et les priver, notamment, de leur indépendance au niveau du choix en assurances et en crédit ? »

Feprabel exprime par ailleurs ses principales revendications vis-à-vis du groupe bancaire néerlandais. Celle-ci tiennent en trois points.
« Primo, Les agents bancaires RECORD BANK, futurs ING, veulent garder leurs spécificités et leur indépendance. Ils veulent rester courtier en assurances et en crédit.
Secundo, la transparence doit être totale : ING doit communiquer les critères qui seront utilisés pour sélectionner, transférer ou supprimer les agences.
Et tertio, vu la santé financière du groupe, nous réclamons des indemnités justes afin de permettre aux agents « évincés » d’envisager sereinement leur avenir professionnel. Ces indemnités devront tenir compte des investissements importants qui ont été réalisés récemment par certaines agences à la demande expresse de Record Bank. »

Un dossier à suivre assurément…

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.