FR | NL | LU
Peoplesphere

Enquête sur les salaires : la rémunération brute moyenne en Belgique s’élève à 3.832 euros par mois.

En 2020, un travailleur occupé à temps plein gagnait en moyenne 3.832 euros brut par mois. De plus, l’écart salarial entre les hommes et les femmes travaillant à temps plein a pratiquement complètement disparu. En Région wallonne, les femmes gagnent même en moyenne plus que les hommes. C’est ce qui ressort des nouveaux résultats de Statbel, l’office belge de statistique, établis sur la base d’une enquête sur les salaires menée auprès de plus de 130.000 travailleurs au sein des entreprises belges.

L’écart salarial entre les hommes et les femmes occupés à temps plein se réduit fortement de 4,1% en 2019 à 0,4% en 2020. De plus, la Belgique compte pour la première fois une région dans laquelle les femmes gagnent en moyenne plus que les hommes. En Wallonie, un homme perçoit un salaire moyen de 3.551 euros alors qu’une femme gagne 3.573 euros. Cela entraîne une écart salarial négatif limité de -0,6%. En Flandre, l’écart salarial entre les hommes et les femmes s’élève encore à 1,1% et à Bruxelles, les hommes gagnent 5,4% de plus que les femmes.

Le salaire médian est lui de 3.550 euros. Cela signifie que 50% des salariés gagnent maximum 3.550 euros, tandis que l’autre moitié empoche un salaire plus élevé. Le plus grand groupe, 69% de l’ensemble des travailleurs, gagne un montant qui se situe entre 2.000 euros et 4.250 euros brut par mois. 10% des travailleurs gagnent moins de 2.334 euros brut par mois. À l’autre extrémité, 10% des salariés gagnent plus de 5.991 euros brut.

Le secteur pétrochimique est le secteur le mieux rémunéré, alors que les salaires du secteur de l’horeca sont les plus faibles. Ceux qui travaillent à Bruxelles gagnent généralement plus que dans les autres régions. Les salaires sont les plus faibles dans la province de Luxembourg.

Le diplôme et la profession jouent aussi un rôle important. Un travailleur titulaire d’un master gagne 47% de plus que le Belge moyen. Une personne qui quitte l’école sans diplôme perçoit un salaire inférieur de 26% à la moyenne nationale. Les directeurs généraux gagnent 80% de plus que le salarié moyen, alors que les serveurs et les barmen ont les salaires les plus bas (36% en dessous de la moyenne nationale).

En 2020, le salaire mensuel brut moyen d’un salarié employé à temps plein s’élevait à 3.832 euros. Ce montant donne toutefois une image biaisée de l’éventail salarial réel, étant donné que 58% des salariés gagnent un salaire inférieur. Il est dès lors intéressant d’analyser plus en profondeur la répartition des salaires.

1. 50% des travailleurs gagnent plus de 3.550 euros

Le groupe de loin le plus important – qui représente 69% de tous les travailleurs – gagne un montant brut qui se situe entre 2.000 euros et 4.250 euros par mois. En outre, 9,8 % des salariés à temps plein perçoivent au moins 6.000 euros par mois.

La répartition en déciles est une autre manière d’illustrer l’éventail des salaires. Cet exercice montre que 10% des salariés gagnent maximum 2.334 euros par mois et 20% maximum 2.650 euros. Le salaire médian est lui de 3.550 euros. Cela signifie que 50% des salariés gagnent maximum 3.550 euros, tandis que l’autre moitié touche un salaire plus élevé. Le salaire médian est donc inférieur au salaire moyen. Cela signifie qu’un groupe relativement restreint de personnes ayant de gros revenus tire la moyenne vers le haut. Les 10% des salariés les mieux rémunérés perçoivent au moins 5.991 euros par mois.

  • 10% gagnent moins de 2.334 euros 10% gagnent plus de 5.991 euros
  • 20% gagnent moins de 2.650 euros 20% gagnent plus de 4.804 euros
  • 30% gagnent moins de 2.906 euros 30% gagnent plus de 4.178 euros
  • 40% gagnent moins de 3.250 euros 40% gagnent plus de 3.854 euros
  • 50% gagnent moins de 3.550 euros 50% gagnent plus de 3.550 euros

2. Les directeurs généraux gagnent 180% de plus que le salarié moyen

La profession semble influencer dans une large mesure le salaire. Assumer des grandes responsabilités ou exercer une fonction complexe se traduit souvent par un salaire plus important. Le tableau ci-dessous donne un aperçu des dix professions les mieux rémunérées. Les directeurs généraux sont en tête de liste. Avec un montant de 10.717 euros, le salaire des directeurs généraux dépasse de 180% la moyenne nationale.

Les dix professions les mieux rémunérées : 

  • Directeurs généraux 10.717 euros
  • Managers, technologies de l’information et des communications 7.997 euros
  • Managers de services administratifs 7.800 euros
  • Managers, ventes, commercialisation, publicité, relations publiques et recherche-développement 7.213 euros
  • Managers, industries manufacturières, industries extractives, bâtiment et distribution 7.038 euros
  • Mathématiciens, actuaires et statisticiens 6.158 euros
  • Physiciens, chimistes et assimilés 5.956 euros
  • Ingénieurs de l’électrotechnique 5.766 euros
  • Ingénieurs (à l’exception des ingénieurs de l’électrotechnique) 5.700 euros
  • Juristes 5.693 euros

Les serveurs et barmen se classent à l’autre extrémité de l’échelle des salaires. Avec un salaire mensuel de 2.450 euros, ces travailleurs gagnent en effet 36% de moins que la moyenne nationale. De même, les coiffeurs et esthéticiens ainsi que les aides de ménage reçoivent en moyenne un salaire de moins de 2.500 euros par mois.

Les 10 professions les moins bien rémunérées 

  • Serveurs et barmen 2.450 euros
  • Coiffeurs et esthéticiens 2.454 euros
  • Aides de ménage 2.481 euros
  • Caissiers et billettistes 2.549 euros
  • Vendeurs en magasin 2.662 euros
  • Laveurs de véhicules, de vitres et de linge 2.672 euros
  • Métiers qualifiés de l’habillement et assimilés 2.692 euros
  • Cuisiniers 2.741 euros
  • Métiers qualifiés du traitement du bois, ébénistes et régleurs et conducteurs de machines à bois 2.798 euros
  • Manoeuvres des industries manufacturières 2.800 euros

3. L’industrie pétrochimique paie le plus

Outre la profession, le secteur dans lequel on travaille influence également le salaire. Les tableaux ci-dessous reprennent les dix secteurs dont les salaires sont respectivement les plus élevés et les plus bas.

Les 10 secteurs les mieux rémunérés 

  • Industrie pétrochimique 5.902 euros
  • Activités des sièges sociaux; conseil de gestion 5.478 euros
  • Activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite 5.116 euros
  • Programmation, conseil et autres activité informatiques 4.969 euros
  • Recherche et développement scientifique 4.944 euros
  • Activités auxiliaires d’assurance et de caisses de retraite 4.921 euros
  • Industrie pharmaceutique 4.895 euros
  • Programmation et diffusion de programmes de radio et de télévision 4.826 euros
  • Transports aériens 4.815 euros
  • Assurance, réassurance et caisses de retraite 4.810 euros

Avec un salaire mensuel de 5.902 euros, l’industrie pétrochimique est la branche la mieux rémunérée de l’économie. Dans ce secteur, un salarié gagne en effet 54% de plus que la moyenne nationale. Dans les activités des sièges sociaux et de conseil de gestion ainsi que les activités des services financiers, hors assurance et caisses de retraite, le salaire mensuel dépasse 5.000 euros. Les salaires les plus bas sont versés dans l’horeca, avec un montant moyen de 2.704 euros. L’hébergement et le commerce de détail comptent aussi parmi les secteurs les moins bien payés.

Les 10 secteurs les moins bien rémunérés

  • Restauration 2.704 euros
  • Hébergement 2.827 euros
  • Commerce de détail 3.000 euros
  • Collecte, traitement et élimination des déchets ; récupération 3.036 euros
  • Fabrication de meubles 3.054 euros
  • Services relatifs aux bâtiments; aménagement paysager 3.071 euros
  • Travail du bois 3.152 euros
  • Travaux de construction spécialisés 3.239 euros
  • Enquêtes et sécurité 3.271 euros
  • Fabrication de textiles 3.303 euros

4. Faire la navette vers Bruxelles en vaut la chandelle

Les personnes qui travaillent dans le centre du pays ont plus de chances d’avoir un salaire élevé. La Région de Bruxelles-Capitale occupe la tête du peloton dans la mesure où le salaire mensuel moyen y dépasse de 18% la moyenne nationale. Mais il en va de même des entreprises implantées dans les arrondissements bordant la capitale qui figurent, pour la plupart, parmi les meilleurs payeurs.

Les cinq arrondissements offrant les salaires moyens les plus élevés

  • Arrondissement de Bruxelles-Capitale 4.539 euros
  • Arrondissement de Hal-Vilvorde 4.099 euros
  • Arrondissement de Louvain 4.062 euros
  • Arrondissement de Nivelles 4.002 euros
  • Arrondissement d’Anvers 3.959 euros

L’arrondissement de Dinant est le moins attractif sur le plan financier. Le salaire moyen y est en effet inférieur de 24% à la moyenne nationale. En Flandre, le salaire moyen le plus bas est observé dans l’arrondissement de Furnes.

Les cinq arrondissements offrant les salaires moyens les plus bas

  • Arrondissement de Dinant 2.929 euros
  • Arrondissement de Bastogne 3.010 euros
  • Arrondissement de Marche-en-Famenne 3.015 euros
  • Arrondissement de Furnes 3.064 euros
  • Arrondissement de Thuin 3.086 euros

5. La poursuite des études offre une bonne garantie d’un salaire élevé

D’un point de vue financier, il est intéressant de poursuivre ses études après l’enseignement secondaire. Les titulaires d’un diplôme de bachelier gagnent en effet 4% de plus que la moyenne belge et cet écart peut même grimper jusqu’à 47% pour les titulaires d’un diplôme de master. À l’autre extrémité de l’échelle des salaires, il convient de constater que les travailleurs qui n’ont pas achevé d’études supérieures sont pénalisés financièrement. Les titulaires d’un diplôme de l’enseignement secondaire supérieur gagnent ainsi 18% de moins que la moyenne belge. Les travailleurs qui quittent l’enseignement secondaire sans diplôme voient cet écart se creuser à 26%.

6. L’âge joue surtout un rôle pour les employés

Nul ne s’étonnera de constater que le salaire augmente avec l’âge. Le point d’inflexion se situe à 39 ans. Avant cet âge, les travailleurs gagnent globalement moins que la moyenne nationale, tandis qu’au-delà de 39 ans, ils perçoivent en règle générale un salaire supérieur à la moyenne. Ainsi, le salaire des travailleurs de la tranche d’âge « 60 ans et plus » dépasse de 31% la moyenne nationale.

L’effet de l’âge se fait toutefois surtout sentir chez les employés. Ainsi, les employés de la catégorie d’âge des 60 ans et plus gagnent 182% de plus que les employés 20 ans plus jeunes. Chez les ouvriers, l’écart de salaire n’est que de 36%. Enfin, les chiffres montrent que jusqu’à l’âge de 24 ans, les ouvriers gagnent en moyenne un salaire plus élevé que les employés, tandis qu’à partir de 25 ans, les employés sont mieux lotis d’un point de vue financier.

 

Source: Statbel – lorsqu’il est question de salaire, il s’agit toujours du salaire mensuel brut. Ce concept de salaire comprend les primes périodiques versées à chaque période de paie. Il peut s’agir par exemple des primes pour le travail de nuit ou de week-end. Les primes versées à titre exceptionnel, comme le treizième mois ou le double pécule de vacances, ne sont pas prises en compte. Par ailleurs, cette analyse se limite aux salariés employés à temps plein dans des entreprises occupant au moins dix personnes. Certains secteurs comme l’agriculture, la pêche, les administrations publiques, l’enseignement, les soins de santé et les autres services aux personnes sont exclus de cette étude. La période de référence des données est octobre 2020.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.