FR | NL | LU
Peoplesphere

Fin de la procédure simplifiée en matière de chômage temporaire pour cause de force majeure due à la pandémie du coronavirus et à la guerre en Ukraine.

Jusqu’au 30 juin 2022, les employeurs peuvent déclarer tout chômage temporaire résultant de la pandémie du coronavirus ou de la guerre en Ukraine comme du chômage temporaire pour force majeure et une procédure simplifiée s’applique pour l’introduction du chômage temporaire. De ce fait, les employeurs ne doivent pas envoyer de communications du chômage temporaire à l’ONEM et il suffit qu’ils effectuent, à la fin du mois, une déclaration de risque social (DRS scénario 5) mentionnant le nombre d’heures de chômage temporaire.

La procédure simplifiée en matière de chômage temporaire pour force majeure peut aussi être appliquée lorsque l’on est encore en mesure de travailler un certain nombre de jours par semaine. L’on interprète donc la notion de force majeure au sens large (étant donné que la force majeure implique, en principe, que l’exécution du contrat de travail est totalement impossible).

Les procédures classiques pour l’introduction de chômage temporaire s’appliqueront à nouveau à partir du 1er juillet 2022 et l’on ne pourra donc plus faire appel à la procédure souple en matière de chômage temporaire pour force majeure qui s’appliquait depuis mars 2020.

Cela signifie, entre autres, que les formalités normales pour l’introduction de chômage temporaire pour manque de travail pour causes économiques (communication du chômage temporaire à l’ONEM…) doivent être respectées et que l’on doit à nouveau satisfaire à la stricte définition de la force majeure pour l’introduction du chômage temporaire pour cause de force majeure (ce qui signifie, entre autres, que l’exécution du contrat de travail doit être totalement impossible).

Quelles sont les mesures qui restent applicables ?

Un certain nombre d’assouplissements instaurés durant la procédure simplifiée de chômage temporaire pour cause de force majeure restent (temporairement) applicables :

  • Ainsi, les travailleurs mis en chômage temporaire pour manque de travail pour causes économiques sont admis au bénéfice des allocations de chômage sans devoir d’abord apporter la preuve d’un certain nombre de journées de travail en tant que salarié pendant une période déterminée (à l’instar des autres formes de chômage temporaire) ;
  • Jusqu’au 31.12.2022 le travailleur est dispensé de l’utilisation d’une carte de contrôle C3.2A et l’employeur ne doit donc pas remettre celle-ci au travailleur mis en chômage temporaire, quelle que soit la raison du chômage temporaire. Étant donné qu’il ne faut pas délivrer de cartes de contrôle, celles-ci ne doivent pas non plus être inscrites dans le livre de validation (électronique ou papier) ;
  • Jusqu’au 31.12.2022, l’employeur ne doit pas effectuer de DRS scénario 2 si le travailleur doit introduire une demande d’allocations et uniquement effectuer une DRS scénario 5 à la fin du mois (déclaration du nombre d’heures de chômage temporaire dans le mois concerné). Si l’employeur invoque le chômage temporaire pour causes économiques, l’on indique le code 5.1 (chômage temporaire par manque de travail pour raisons économiques), comme code nature du jour. Le code 5.4 (chômage temporaire pour cause de force majeure) ne peut plus être mentionné à partir du 1er juillet 2022 s’il s’agit de chômage temporaire pour causes économiques.

Source: ONEM

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.