FR | NL | LU
Peoplesphere

NWOW : les ‘Tiers lieux’ permettent de lutter contre l’isolement des travailleurs.

Le vocable « Tiers-lieux » s’installe progressivement dans le vocabulaire RH. Il s’agit d’une traduction de la notion de ‘Third Place’ issue de l’ouvrage du sociologue américain Ray Oldenburg, ‘The Great Good Place’, paru en 1989. Son analyse démontre que de nouveaux endroits de travail émergent afin de compléter les deux espaces classiques que sont les bureaux/ateliers et l’habitation. Et ces endroits offrent la possibilité de nouer des relations sociales tandis que les autres se caractérisent par une forme d’isolement des individus.Le Laboratoire de l’économie sociale et solidaire s’est penché sur la multiplication récente de ces nouveaux endroits qui s’organisent peu ou prou afin d’accueillir les travailleurs dits ‘mobiles’ : « il ne s’agit pas, dans cette étude, d’une description normative ou programmatique : ce sont des espaces existants qui sont étudiés, comme des cafés, bars, librairies, bureaux de postes, salons de coiffure, etc. Ces endroits sont caractérisés par : des services gratuits ou peu chers, une bonne accessibilité, des « habitués » qui s’y réunissent régulièrement, la convivialité et, le plus souvent, de quoi se restaurer. Oldenburg pointe la valeur sociale de ces lieux inclusifs pour le développement de l’engagement citoyen et la dynamique démocratique : les personnes y évoluent dans un contexte d’égalité sociale (on n’y juge pas le statut social de l’individu), y prennent l’habitude de s’associer et y accèdent à une forme de soutien du groupe. Les Tiers-lieux sont avant tout des endroits de rencontre et de conversation informelle, constructive et joviale. »

Comment les définir ?

« A la différence de ce qu’étudiait Oldenburg, de nombreux espaces se créent aujourd’hui qui se revendiquent du nom de Tiers-lieux. Néo-nomade, plateforme de réservation d’espaces de travail partagés, en dénombre plus de 800 en France, mais en prenant en compte les espaces de coworking, les télé-centres et les centres d’affaires beaucoup plus classiques, et sans se pencher sur les FabLabs par exemple. Dans tous les cas, le nombre de Tiers-lieux est en forte augmentation sur la période récente, et ce d’autant plus que des acteurs d’envergure nationale et internationale s’intéressent à ce marché en plein développement, au risque de perdre l’esprit fondateur des Tiers-lieux portés par de petites coopératives ou associations. L’enjeu de la définition du cadre des Tiers-lieux est donc important – même s’il ne doit pas enfermer ces espaces mouvants dans des cadres trop rigides. »

On peut observer que les Tiers-lieux allient notamment :

• Des espaces de travail pour des travailleurs individuels indépendants ou des salariés à distance,
• Des bureaux mutualisés pour de petites et jeunes structures,
• Des espaces de détente et de convivialité (cuisine commune, café, etc.),
• Des FabLabs, c’est-à-dire des laboratoires de fabrication avec des machines professionnelles mises en commun et qui s’appuient notamment sur l’impression 3D,
• Eventuellement des espaces de création et de représentation artistiques, se rapprochant sur certains points des centres culturels;
• Des loisirs en commun : potagers, réparation, upcycling, ateliers d’initiation et de perfectionnement au numérique, etc.

Un simple objectif de mise en commun des moyens ?

Le Labo relève encore : « D’une manière générale, l’un des enjeux de ces structures est de mutualiser des locaux, des outils et parfois des services que de petites structures auraient du mal à acquérir seules. Pour les travailleurs indépendants, c’est aussi une façon de rompre l’isolement du travail chez soi. Ainsi peuvent également naitre des dynamiques communes qui s’appuient sur la complémentarité des acteurs du lieu. Toutefois, ces critères a minima sont plus proches de la juxtaposition rationnelle d’initiatives que des dynamiques citoyennes, exploratoires, créatrices que la notion de Tiers-lieux porte. »

Il constate donc que des enjeux de transition environnementale, de démocratie participative et de partage des savoirs animent eux aussi la création de ces nouveaux espaces. ‘C’est en ce sens que la Movilab a conçu un Manifeste des Tiers-lieux qui insiste, en plus des aspects de lieu et de collectif, sur le lien de ces espaces avec le numérique et sur les notions de gouvernance et de travail. »

En ce qui concerne ce dernier volet justement, il semble que les Tiers lieux répondent à la crise actuelle du monde du travail. « C’est la recherche d’une nouvelle façon de travailler, plus transversale, plus collective, plus créative. Les profils divers des travailleurs et l’organisation du lieu permettent le partage de réflexion et d’expérience et l’apprentissage en continu. Comme le note par ailleurs la coopérative Tiers-lieux, ces nouvelles façons de travailler vise à ré-enchanter nos modes de travail, dans un contexte où 90% des salariés se déclarent désengagés et motivés d’abord par le salaire et 28%, clairement malheureux. L’évolution du statut et des usages du travail est déterminante pour comprendre le développement des Tiers-lieux. L’essor du travail à distance et du coworking, grâce au développement du travail par internet, vient amplifier encore le mouvement. Mais ce qui, initialement, est revendiqué comme un espace non seulement de travail, mais surtout de rencontre, de dynamique créative et innovante, d’imbrication d’enjeux citoyens et de création de biens et de services, peut ainsi perdre cette particularité de « repenser le travail » : des espaces de simple colocation de bureaux, des télé-centres ou des centres d’affaires peuvent ainsi chercher à apparaitre comme un Tiers-lieux, alors qu’ils n’apportent qu’une simple mutualisation d’espace et font disparaitre coopération et co-construction. »

Et de conclure : « pour garder leur âme, les Tiers-lieux ont tout intérêt à revendiquer haut et fort leur approche militante de la transformation de nos modes de travail et d’organisation. »

Source : Le Labo de l’économie sociale et solidaire.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.