FR | NL | LU
Peoplesphere

Pour ou contre l’octroi d’une prime coronavirus? Dans l’ensemble, les dirigeants de PME n’ont pas encore pris position.

Une PME belge sur dix (jusqu’à 250 travailleurs) a déjà décidé de verser, cette année, la nouvelle prime coronavirus de max. 500 euros. Environ quatre PME sur dix (43,4%) ne l’accorderont pas, soit parce qu’elles ne disposent pas de la marge financière nécessaire (22%), soit parce qu’elles octroient déjà d’autres extras (21%). Une PME sur trois ne sait pas encore ce qu’elle fera ; une PME sur sept (ou 15%) attend de voir ce que le secteur va faire. Pourtant, un tiers des PME flamandes sont convaincues que cela contribue raisonnablement à énormément à l’attraction et à la conservation du personnel.

Voici les dernières informations tirées de l’enquête trimestrielle sur l’emploi menée pour le compte du prestataire de services RH SD Worx auprès de 615 dirigeants de PME et responsables du personnel concernant le troisième trimestre 2021. Avec un niveau de fiabilité de 95%, la marge d’erreur pour la population totale est limitée à 3,9%.

Il n’y a pas de très grandes différences entre les trois régions en ce qui concerne la part qui a déjà pris la décision. Elle est toutefois plus faible pour les PME bruxelloises (8,3%) que pour les PME wallonnes (11%). Les PME bruxelloises semblent également être plus nombreuses à attendre la décision du secteur et plus de PME wallonnes indiquent que les résultats ne sont pas suffisamment bons. Près d’un quart des PME flamandes et bruxelloises signalent déjà donner d’autres extras. C’est moins le cas en Wallonie.

Les PME bruxelloises sont les moins convaincues de l’effet positif

Un tiers des PME flamandes sont convaincues que cela contribue raisonnablement à énormément à attirer et à conserver du personnel : selon 21,6%, cela y contribue raisonnablement et pour 10,9%, cela y contribue (très) fortement. Les PME wallonnes semblent les moins convaincues, avec une majorité de 54,2% qui affirment que cela ne contribue à rien. Les avis sont toutefois partagés, car 28,2% de PME wallonnes qui indiquent que cela contribue raisonnablement à énormément à la conservation du personnel. Les PME bruxelloises sont les moins enthousiastes avec 21,5% des PME qui indiquent que cela contribue raisonnablement à énormément à la conservation du personnel.

Vassilios Skarlidis, Directeur Régional PME de SD Worx, explique les plans : « À partir du 1er août, il sera possible d’octroyer une prime coronavirus de maximum 500 € net , sous la forme de chèques consommation, et ce, jusqu’à la fin décembre. La prime coronavirus semble d’ores et déjà être une bonne solution pour au moins une PME sur dix afin de récompenser davantage ses collaborateurs. Ce sont surtout les PME du secteur des services qui ont déjà pris cette décision ; dans l’industrie et la construction, on attend encore. Mais environ la moitié des PME ne se sont pas encore décidées. Une partie (15%) attend afin de suivre le secteur. »

Le spécialiste poursuit : « C’est tout à fait logique : l’attribution se fait en principe par le biais d’une convention collective de travail, conclue dans le secteur ou l’entreprise, ou au moins par un accord individuel écrit. Donc, en principe, une entreprise peut dès à présent prendre la décision d’accorder cette prime coronavirus au niveau de l’entreprise. Toutefois, il appartient désormais aux secteurs de se pencher sur cette question lors des négociations sectorielles. Nous vous conseillons donc d’attendre l’attribution au niveau de l’entreprise, les négociations sectorielles n’ayant pas encore commencé. Nous espérons en savoir plus en septembre. Un tiers des PME flamandes sont convaincues que cela contribue raisonnablement à énormément à l’attraction et à la conservation du personnel. »


Source : pour ses prévisions d’emploi trimestrielles, SD Worx a interrogé pour la 45e fois un nombre représentatif de PME belges sur leurs attentes en matière d’emploi. 615 entreprises de 1 à 250 travailleurs y ont participé entre le 1er et le 15 juin. Il s’agit d’une enquête en ligne menée auprès des PME en Belgique sur la base d’un échantillon représentatif et par laquelle le bureau d’études CityD-WES s’adresse aux personnes interrogées par e-mail. L’étude est répétée tous les trimestres. La pondération se fait selon la région et la taille de l’organisation en fonction de la population des PME. Les résultats sont représentatifs de toutes les PME en Belgique. La pondération est généralement largement inférieure à 2, sauf pour les PME wallonnes (2,7). Pour l’ensemble de l’échantillon, la marge d’erreur est de 3,9 % (intervalle de confiance de 95 %).

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.