FR | NL | LU
Peoplesphere

Diminution de 44% du nombre des offres d’emploi diffusées en région bruxelloise au mois d’avril.

Suite à la crise sanitaire engendrée par le Covid-19, Actiris a reçu moins d’offres d’emploi. Actiris a reçu directement 1.677 offres d’emploi en avril. Cela correspond à une baisse de 1.333 offres par rapport au mois d’avril 2019, soit une diminution de 44,3%. La diminution était de 24,1% lors de la deuxième quinzaine du mois de mars.

Pour la première fois après une baisse de 65 mois consécutifs, on observe une hausse annuelle du nombre de chercheurs d’emploi bruxellois, de 340 unités par rapport à avril 2019 (+0,4%). Fin avril, la Région bruxelloise compte 87.271 chercheurs d’emploi et un taux de chômage de 15,5%.

Actiris a reçu 1.677 offres d’emploi en avril 2020. Ceci correspond à une diminution de 44,3% par rapport à l’année passée. On constate dans le graphique ci-dessous que la baisse des offres d’emploi reçues est encore plus prononcée en avril que lors de la seconde quinzaine du mois de mars.

Le chômage à Bruxelles augmente à nouveau après une baisse de 65 mois consécutifs

Fin avril, Bruxelles compte 87.271 chercheurs d’emploi pour un taux de chômage de 15,5%. Cela signifie qu’après une baisse de 65 mois consécutifs, le chômage a légèrement augmenté, de +0,4% par rapport à l’année précédente. En variation mensuelle, on constate une diminution de 1.237 personnes (-1,4%). Le chômage des jeunes atteint quant à lui un taux de 23,0%. Bruxelles compte 8.418 jeunes chercheurs d’emploi en avril 2020, soit 354 de plus que l’an dernier (+4,4%).
Si les entrées dans le chômage classique n’ont pas augmenté, cela s’explique par le fait que pour l’instant l’effet de la crise du Covid-19 s’enregistre surtout au niveau du chômage temporaire. De très nombreuses entreprises ont dû recourir au chômage temporaire pour faire face à l’arrêt de leurs activités suite aux mesures de confinement qui ont été prises d’urgence afin de faire face à l’épidémie de Covid-19. Les derniers chiffres du cabinet de la ministre fédérale de l’Emploi, Nathalie Muylle, indiquent qu’un peu plus de 1,3 million de Belges ont déposé une demande de recours au chômage temporaire.

Dès lors, l’incidence sur les chiffres du chômage classique est actuellement plus limitée, puisque le recours au chômage temporaire permet aux entreprises de ne pas devoir procéder à des licenciements massifs. Pour bénéficier du chômage temporaire, les travailleurs ne doivent pas obligatoirement s’inscrire comme chercheurs d’emploi auprès des services publics de l’emploi.

Le taux de chômage

Fin avril 2020, le taux de chômage en Région bruxelloise s’établit à 15,5% (15,4% pour les hommes et 15,7% pour les femmes). En avril 2019, le taux de chômage s’établissait à 15,5%.

Le taux de chômage est mesuré sur la base de la population active la plus récente, calculée à partir des données de la Banque nationale et de l’Enquête sur les Forces de Travail du SPF Économie. Le croisement de ces données nous indique que la population active occupée a, en Région bruxelloise, augmenté en 2018 de 0,9% par rapport à l’année précédente (+1,2% pour l’ensemble de la Belgique).

Caractéristiques et évolution du nombre de chercheurs d’emploi

Fin avril 2020, on dénombre en Région de Bruxelles-Capitale 87.271 chercheurs d’emploi inoccupés (DEI), soit une augmentation de 340 personnes par rapport à l’année précédente (+0,4%).

On compte au cours du mois d’avril 6.436 entrées dans le chômage (5.283 réinscriptions et 1.153 nouvelles inscriptions) contre 7.673 sorties, soit une diminution sur une base mensuelle du nombre de DEI de 1.237 personnes (-1,4%).

On dénombre en Région bruxelloise 58.278 chercheurs d’emploi demandeurs d’allocations (DEDA), 5.298 jeunes en stage d’insertion professionnelle et 23.695 autres chercheurs d’emploi inscrits librement ou obligatoirement.
On retrouve dans cette dernière catégorie (« autres DEI ») des personnes qui n’ont pas encore reçu d’allocation de chômage (qui ont introduit une demande auprès de l’Onem), des personnes ayant été exclues des allocations de chômage et qui sont venues se réinscrire auprès d’Actiris, des personnes bénéficiant d’un revenu d’intégration sociale ou encore des personnes qui n’ont aucun revenu de remplacement. Il est à noter qu’une partie importante de ces CE dépendent des CPAS ou n’ont encore aucun revenu de remplacement.

On constate une diminution de -1,4% sur une base annuelle du nombre de chercheurs d’emploi indemnisés (DEDA). On constate par contre une augmentation annuelle du nombre de jeunes en stage d’insertion professionnelle (+1.089 unités, +25,9%). Quant aux autres chercheurs d’emploi, leur nombre a augmenté légèrement de 0,3% sur une base annuelle.

Source : Actiris, calculs view.brussels

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.