FR | NL | LU
Peoplesphere

Enquête de mobilité 2019: nos entreprises prennent les problèmes de mobilité à bras le corps afin de diminuer le stress de leurs collaborateurs.

Les organisations développent de plus en plus leur propre stratégie de mobilité afin de pouvoir faire face aux problèmes de mobilité rencontrés par leurs employés. Pas moins de trois quarts des organisations interrogées ont indiqué que leurs collaborateurs étaient stressés à cause de leurs déplacements domicile-travail. Les organisations sont conscientes de l’importance croissante que les employés attachent aux solutions de mobilité sur mesure et espèrent accroître la satisfaction de leur personnel en mettant en œuvre un plan de mobilité concret.

En collaboration avec LeasePlan et Traject, Hudson a passé en revue les politiques de mobilité de 112 organisations belges et a compilé les résultats et recommandations de l’Enquête mobilité 2019.

Ainsi, il apparaît que 38% des organisations travaillent déjà activement sur la problématique de la mobilité et 46% déclarent qu’elles font des efforts supplémentaires par rapport aux obligations légales imposées par les pouvoirs publics.

Une attention particulière à la durabilité.

Il est frappant de constater que 82% des organisations s’engagent en faveur d’alternatives durables pour leurs employés. La majorité se concentre sur la promotion du vélo (parking vélo, douches, leasing vélo, indemnité kilométrique) et des transports en commun. Environ 1/3 des organisations encouragent également les transports collectifs organisés en pariant sur le covoiturage ou la mise sur pied d’un bus d’entreprise. Par ailleurs, environ la moitié des entreprises déclarent organiser régulièrement des actions internes pour sensibiliser leurs collaborateurs à la mobilité. Dans un tiers des organisations, un coordinateur mobilité a déjà été nommé pour guider la politique de mobilité.

La rénumération comme levier.

De plus en plus d’organisations traduisent également leurs ambitions en termes de mobilité durable dans leurs plans de rémunération, afin de renforcer leur politique de mobilité. Cela peut se faire, par exemple, par le déploiement d’un plan de rémunération flexible, dans lequel l’organisation choisit de rendre plus avantageuses les options de mobilité durable dans le plan cafétéria. L’introduction du budget mobilité, en vigueur depuis le printemps 2019, est un autre moyen d’inciter les collaborateurs à la durabilité. Dans certains cas, cela permet aux salariés de restituer leur voiture de fonction et de la transformer en budget annuel, ce qui leur permet de choisir et de financer leurs propres moyens de déplacement durable : par exemple, une voiture  » plus verte « , combinée avec les transports publics ou un vélo partagé.

Plus de la moitié des organisations interrogées ont indiqué qu’elles souhaitaient introduire le budget mobilité dans un délai de trois ans. 18 % ont dit qu’elles voulaient le faire d’ici cinq ans.

Toujours plus ‘green’.

Une autre tendance frappante est perceptible dans les flottes de la plupart des organisations. Outre les voitures diesel et à essence, pas moins de 70 % des entreprises proposent également des alternatives telles que des voitures électriques, des voitures hybrides, des voitures au CNG ou au LPG. Environ la moitié des organisations récompensent même le choix d’une voiture durable, en accordant un avantage financier. La moitié des organisations interrogées abordent la question des émissions de CO2 dans leur politique de mobilité. D’ici 2021, 1/5ème des organisations souhaitent réduire les émissions de CO2 à 100g/km. D’ici 2024, 34 % veulent même passer à une flotte entièrement électrique.

Plus de la moitié des organisations interrogées ont indiqué qu’elles souhaitaient introduire le budget mobilité dans un délai de trois ans. 18 % ont dit qu’elles voulaient le faire d’ici cinq ans.

Source: Hudson – Enquête de mobilité

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.