FR | NL | LU
Peoplesphere

Le modèle social flexible proposé par Deliveroo: du pour et du contre…

La plateforme de livraison de repas sur demande, Deliveroo, s’est engagée dans une ‘lutte’ d’influence avec les autorités afin de booster l’évolution du modèle social associé à l’économie collaborative. Nul ne peut nier que la quête de flexibilité affichée par la plateforme correspond à un certain air du temps. Mais à force de flirter avec les limites de ce qui est autorisé, le risque de rupture devient de plus en plus concret. Ainsi, Actiris vient de ‘bloquer’ les offres d’emploi de la plateforme en attente d’un positionnement clair des autorités quant à la nature de la relation de travail proposée.

Deliveroo annonce en effet une forte augmentation du nombre de coursiers qui choisissent de travailler de manière flexible en tant qu’indépendant. « Cette croissance souligne la popularité du modèle qui permet aux coursiers de choisir de travailler quand et où ils le désirent, et par conséquent d’obtenir une rémunération plus élevée. Durant la seule première semaine de janvier, plus de 1000 personnes ont postulé pour collaborer avec Deliveroo en Belgique comme indépendants ou étudiants indépendants. Plus de 50% des commandes de Deliveroo en Belgique sont maintenant livrées par des coursiers indépendants, qui bénéficient de l’avantage de pouvoir travailler quand et où ils le désirent. »

Malgré les mouvements sociaux intervenus pendant la trêve des confiseurs, Deliveroo a constaté « une croissance des commandes de 3,7% par rapport au lundi 1er janvier, date où la demande est déjà habituellement élevée. Toujours par rapport au 1er janvier, l’entreprise a également constaté une augmentation du nombre de coursiers connectés sur la plateforme de 32%. »

L’enjeu social est clair : Deliveroo déclare vouloir conjuguer la flexibilité du travail avec plus de sécurité pour les coursiers. « C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018, tous les coursiers indépendants de Deliveroo en Belgique ont accès à une assurance accidents entièrement gratuite, qui les couvre en cas d’accident survenu en travaillant avec l’entreprise. Deliveroo est la première plateforme de livraison de repas à la demande à offrir cette couverture d’assurance. Plus loin, nous appelons les autorités à améliorer le droit du travail pour permettre aux plateformes d’offrir d’autres avantages, par exemple des congés maladie et congés payés. Deliveroo souhaite mettre fin au compromis entre flexibilité et sécurité qui existe actuellement en droit du travail, pour l’adapter au 21ème siècle. » Deliveroo a constamment indiqué souhaiter travailler en étroite collaboration avec les représentants syndicaux et la classe politique pour y parvenir.

Le CEO de la plateforme en Belgique, Mathieu de Lophem, ajoute : « Deliveroo est à l’écoute des coursiers, c’est pourquoi nous recherchons constamment à rendre notre offre plus généreuse. Nous travaillerons avec eux et les autres acteurs concernés pour y arriver. Nous savons que les coursiers méritent plus de protection, raison pour laquelle nous avons appelé à la fin du compromis entre flexibilité et sécurité qui existe actuellement en droit du travail. Deliveroo veut offrir aux coursiers des avantages d’une manière compatible avec la flexibilité du travail, dont nous savons que les coursiers chérissent. Cela rendrait le droit du travail adapté au 21ème siècle ».

Prôner le passage au 2&ème siècle est une chose. Rassembler les énergies autour de ce projet ambitieux en est une autre. Actiris vient de décider de retirer une offre d’emploi diffusée le 12 janvier 2018 par la société Deliveroo.
« Actiris met à disposition des employeurs une plate-forme leur permettant de diffuser gratuitement des offres d’emploi. Cet outil permet le recrutement de nouveaux collaborateurs sous le statut de salarié, régi par la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail. Il permet également la recherche de travailleurs sous statut d’indépendant, tout en respectant la règlementation en la matière. L’offre de Deliveroo, publiée dans la catégorie « salariés », laisse à penser que les postes proposés ne correspondent pas au statut de salarié mais plutôt à un statut d’indépendant. En tant que service public d’emploi, Actiris est financé exclusivement par de l’argent public. Il vise dès lors à « garantir un accompagnement de qualité aux chercheurs/euses d’emploi dans leur transition vers un emploi durable et de qualité, et fournir aux employeurs en recherche de collaborateurs/trices des solutions et outils efficaces et gratuits. L’administration fédérale, sous la tutelle du Ministre Peeters, ayant annoncé procéder à une enquête sur la légalité du statut d’indépendant proposé par Deliveroo à ses travailleurs, Actiris décide de retirer cette offre d’emploi dans l’attente des résultats de cette enquête. »

Photo© : letudiant.fr

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.