FR | NL | LU
Peoplesphere

Résultats pour le tag: ‘motivation’

Renoncer à une partie de son salaire pour aller vers un job idéal? Pas envisageable actuellement pour la grande majorité des travailleurs…

Un salaire plus bas, mais la possibilité d’exercer le job de ses rêves : seule une petite minorité des employés belges serait prête à l’accepter. En effet, seuls 15% des Belges se disent prêts à travailler pour un salaire inférieur en échange du travail idéal. Les employés belges n’ont également pas l’intention de renoncer à leurs jours de vacances et à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. En revanche, ils sont prêts à faire des concessions sur les avantages extralégaux tels que la voiture de société ou l’ordinateur portable. Lire plus

La motivation des travailleurs passe par la flexibilité, l’autonomie et le sens, des facteurs plus importants que le salaire…

Les entreprises indiquent qu’un travail qui a du sens (84%), la flexibilité et l’autonomie (79%) constituent les principaux atouts pour entretenir la motivation de leur personnel. Près de quatre dirigeants d’entreprise et responsables RH sur dix (38%) veulent qu’à l’avenir les travailleurs soient rémunérés parce qu’ils suivent une formation pour parfaire leurs compétences. À l’heure actuelle, seuls 28% des dirigeants d’entreprise le font. Dans la plupart des entreprises, les travailleurs sont actuellement surtout rémunérés en fonction de leurs résultats (54%) et/ou de leur ancienneté (47%). Lire plus

Les travailleurs belges à la recherche d’un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée vont-ils bientôt eux aussi démissionner en masse?

Aux États-Unis, ce phénomène étrange connu sous le nom de The Great Resignation (ou The Big Quit), se répand. Au cours de l’année écoulée, jusqu’à 4 millions d’Américains ont démissionné chaque mois, et 65% des employés ont déclaré vouloir changer d’emploi. Un phénomène inédit, qui va d’ailleurs à l’encontre de toute logique en période de crise économique. Celui-ci va-t-il se répandre prochainement dans nos contrées? Lire plus

Passion ou dépression: entre les deux, le coeur des travailleurs belges balance.

Le Blue Monday approche, c’est lundi prochain. Heureusement, une étude internationale menée par le prestataire de services RH SD Worx montre que les Belges, tout comme les Néerlandais, aiment leur travail. 2 Belges sur 3 se sentent d’ailleurs passionnés par leur emploi au moins une fois par semaine, et près de 7 salariés sur 10 considèrent que leurs tâches ont du sens et sont utiles. Plus d’un travailleur belge sur cinq éprouve même ce sentiment au quotidien. Seul nos voisins néerlandais font (légèrement) mieux. Lire plus

The Great Resignation s’installe en Europe et au sein des PME. Le départ des collaborateurs devient-il un défi majeur pour 18% des entreprises?

La guerre des talents a de nombreux visages : il ne s’agit pas seulement de recruter de nouveaux talents, mais aussi de fidéliser votre personnel existant. Pour près d’une PME sur cinq, le maintien du personnel est un défi (très) important. Près de la moitié des PME (41,8%) admettent que la rémunération figure parmi les trois principales raisons pour lesquelles les employés quittent l’entreprise. Un responsable de PME sur sept (14,1 %) considère que la rémunération est la principale raison des départs. Le secteur, le produit et les possibilités d’avancement ou d’apprentissage jouent également un rôle. Lire plus

Remotiver et faire confiance après la crise, un défi pour 60% des dirigeants alors que la reprise bat son plein.

Selon 64 % des employeurs, les dirigeants doivent être capables de motiver et de faire confiance. Sept dirigeants d’entreprise sur dix estiment qu’ils encouragent déjà l’autonomie et la responsabilité au sein de leur organisation et qu’ils vérifient la qualité du travail plutôt que la présence pendant les heures de travail. Dans 2 entreprises sur 3, les dirigeants peuvent compter sur une formation et un soutien, mais 37 % des employeurs doivent admettre qu’ils n’ont organisé aucune formation au cours des deux dernières années pour aiguiser les nouvelles compétences en matière de leadership après la crise du coronavirus. Lire plus

Vive le travail? Les travailleurs sont plutôt engagés mais les week-ends et les vacances restent sacrés.

Alors que la Fête du Travail tombe un samedi, SD Worx examine l’engagement vis-à-vis du travail sur base d’une enquête menée auprès de 2.500 Belges, et notamment leur position par rapport aux heures supplémentaires prestées le week-end. Quatre Belges sur dix (39,8%) ne travaillent « pratiquement jamais » le week-end. Quatorze pour cent (13,6%) affirment le faire « assez souvent ». Lire plus

Définir une raison d’être pour l’entreprise, cela n’a du sens que si cela se traduit dans les objectifs opérationnels et la rémunération.

L’Edhec NewGen Talent Centre et le cabinet BearingPoint viennent de publier une étude sur l’engagement des jeunes collaborateurs. Celle-ci tente d’identifier les leviers de motivation vis-à-vis des jeunes travailleurs notamment. La période actuelle et la charge mentale qui en découle nous amène effectivement à nous interroger quant aux attentes des jeunes générations. Le média français Les Echos relaie les premières conclusions de cette étude. Lire plus

Le télétravail et son impact sur la reconnaissance et le feedback: valoriser le travail des collaborateurs est plus important que jamais.

“Voir son travail valorisé n’a jamais été aussi important qu’en cette période de pandémie”… Plus qu’un quart des employés (27,9%) reçoit moins de compliments quant à ses performances professionnelles qu’avant la crise du coronavirus. Près de 3 employés sur 10 (28,7%) se sentent aussi moins valorisés dans le cadre de leur boulot. Pourtant, cette valorisation revêt encore plus d’importance en ces périodes de télétravail: elle motive davantage et rend plus productif. C’est ce qui ressort d’une enquête réalisée par Protime, le spécialiste de la gestion du temps et du personnel, dans le cadre de l’Employee Appreciation Day, qui a lieu ce vendredi. Lire plus

Toutes les générations de cadres peinent à s’adapter face à la crise: la complexité des processus, l’adoption des nouvelles technologies et l’isolement en cause.

Les cadres supérieurs de plus de 55 ans se sont mieux adaptés que leurs collègues de la Génération Z (les « digital natives ») à l’évolution radicale de leur situation professionnelle pendant la pandémie de COVID-19. Les jeunes cadres bataillent contre les processus métier, les plus de 55 ans sont sceptiques à l’égard des nouvelles technologies… C’est ce qui ressort d’une étude commanditée par ABBYY, une société de Digital Intelligence, portant sur l’utilisation de la technologie et la productivité. L’étude a sondé 4.000 employés dans quatre pays (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne et France). Lire plus

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.