FR | NL | LU
Peoplesphere

Bilan de la Commission Européenne en fin de législature et du plan Juncker: 1,1 million de nouveaux emplois et l’espoir d’effets durables pour les entreprises…

Le plan d’investissement pour l’Europe, dit plan Juncker, a été lancé en novembre 2014 afin de renverser la tendance à la baisse des niveaux d’investissement et de placer l’Europe sur la voie de la reprise économique. Ses trois objectifs étaient de lever les obstacles à l’investissement, d’apporter de la visibilité et une assistance technique aux projets d’investissement, et de faire une utilisation plus intelligente des ressources financières. A l’heure de passer la main à la nouvelle présidente de la Commission, M. Juncker et ses pairs ont tenu à dresser le bilan de leur action politique.

Le plan d’investissement pour l’Europe, autrement dit plan Juncker, a eu une incidence positive décisive sur l’emploi et la croissance dans l’UE. Les investissements financés par le Groupe Banque européenne d’investissement (BEI), avec le soutien du Fonds européen pour les investissements stratégiques (EFSI) créé au titre du plan Juncker, ont accru le produit intérieur brut (PIB) de l’UE de 0,9 % et créé 1,1 million de nouveaux emplois par rapport au scénario de référence. D’ici à 2022, sous l’effet du plan Juncker, le PIB de l’UE aura progressé de 1,8 %, et 1,7 million de nouveaux emplois auront été créés. Tels sont les derniers calculs réalisés par le Centre commun de recherche (JRC) et le département économique du Groupe BEI sur la base des accords de financement approuvés avant fin juin 2019.

Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, a déclaré: «Nous avons atteint notre objectif: replacer l’Europe sur la voie d’une croissance solide et stimuler la création d’emplois. D’ici à 2022, le plan Juncker aura apporté 1,7 million de nouveaux emplois au marché du travail de l’UE et accru le PIB de l’UE de 1,8 %. J’ai toujours dit que le plan n’était pas une panacée. Mais au regard du nombre de petites entreprises recevant des financements auxquels elles n’avaient pas accès auparavant, à savoir plus d’un million, nous pouvons être fiers.»

Jyrki Katainen, vice-président de la Commission européenne chargé de l’emploi, de la croissance, de l’investissement et de la compétitivité, a ajouté: «Nous avons parcouru un long chemin depuis les premiers projets en 2015! L’économie européenne est aujourd’hui relancée, et le plan d’investissement pour l’Europe aura des effets durables. Les financements accordés à ce jour profitent à plus d’un million de petites entreprises, et les projets financés contribuent à notre transition vers une économie sobre en carbone, circulaire et durable. Je suis fier de pouvoir affirmer que nous avons réalisé notre priorité numéro un, qui était de mobiliser des capitaux privés au service du bien public.»

Werner Hoyer, président du Groupe Banque européenne d’investissement, a conclu: «Lorsque nous avons envisagé cette initiative pour la première fois il y a cinq ans, beaucoup étaient sceptiques. Il est, en effet, difficile de croire qu’un instrument financier peut créer des emplois par millions ou soutenir un million d’entreprises. Les calculs récents montrent pourtant que nous avons eu raison de suivre notre idée. Le plan Juncker a eu une incidence majeure sur les économies européennes et la vie des Européens: Il a soutenu des projets respectueux de l’environnement et du climat, l’innovation et une société plus juste, et il continuera à le faire même lorsque Jean-Claude et moi-même serons depuis longtemps à la retraite.»

Effets à long terme ?

Outre son incidence directe sur l’emploi et la croissance du PIB, le plan Juncker aura aussi des effets macroéconomiques à long terme sur l’UE. À l’horizon 2037, les opérations soutenues au titre du plan Juncker auront toujours créé un million d’emplois et accru le PIB de l’UE de 1,2 %. La meilleure connectivité et les gains de productivité engendrés par les projets soutenus au titre du plan Juncker contribuent, en effet, à doper la compétitivité et la croissance européennes à plus long terme.

À compter d’octobre 2019, le plan Juncker devrait mobiliser 439,4 milliards d’euros d’investissements supplémentaires dans l’ensemble de l’UE. Plus d’un million de start-ups et de petites entreprises devraient désormais bénéficier d’un meilleur accès aux financements. Quelque 70 % des investissements mobilisés attendus proviennent de ressources privées, ce qui montre bien que le plan Juncker a aussi atteint son objectif de mobiliser des investissements privés.

Note : L’analyse d’impact macroéconomique a été réalisée conjointement par le département économique de la BEI et le Centre commun de recherche (JRC) de la Commission. Ce travail se fonde sur la méthode bien établie, publiée et validée par des pairs que le JRC a élaborée. Les détails de la modélisation sont exposés dans le rapport d’impact de juin 2018.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.