FR | NL | LU
Peoplesphere

Bilan du marché du recrutement en 2020: une diminution de 35% et de nombreux postes qui restent vacants.

La crise du coronavirus a mis le marché du travail à l’arrêt en 2020 : les recrutements ont baissé de 35% par rapport à 2019 au cours de l’année écoulée, marquée par l’épidémie de covid-19. C’est en tout cas ce que montrent les chiffres du secrétariat social Group S. Victime d’une implosion totale des postes vacants, l’horeca est le secteur le plus durement touché par la crise du coronavirus. En Belgique, les secteurs de l’audiovisuel, de l’événementiel, de l’esthétique et de la coiffure ont eux aussi subi un recul en matière de recrutement en 2020.

En ce début d’année 2021, le secrétariat social Group S revient sur l’année 2020, marquée par le covid-19. Si l’on en croit les chiffres, le tableau n’est pas rose pour le marché du travail, qui semble paralysé par la crise du coronavirus. Le nombre total de recrutements a diminué de pas moins de 35% par rapport à 2019.

Fait remarquable, la diminution du nombre de postes vacants est quant à elle moins importante, avec une baisse de 10 %. Toutefois, on observe que la plus forte baisse d’emplois à pourvoir s’est produite au deuxième trimestre 2020, lors du premier confinement. Selon les chiffres de Statbel, le nombre de postes vacants a diminué de 13% au cours de cette période par rapport à la même période en 2019.

« Nous observons que de nombreux postes sont restés ouverts pendant le premier confinement, mais que pendant cette période, les entreprises n’étaient pas pressées d’engager et préféraient peut-être attendre. Elles ont pris le temps d’évaluer la situation. Lors du second semestre, elles sont restées prudentes et ont pu continuer à engager. Nous constatons dans tous les cas que les métiers en pénurie restent compliqués à trouver (dans le secteur de l’informatique, par exemple). Une des hypothèses expliquant ces difficultés est la suivante : les travailleurs en poste semblent moins décidés à quitter leur emploi actuel, recherchant probablement la sécurité. Certains postes vacants (notamment ceux qui exigent de l’expérience) restent donc beaucoup plus longtemps ouverts que d’habitude. », explique Julie de Fays, HR consultant chez Group S.

L’horeca, secteur le plus touché par la crise du coronavirus

Les secteurs les plus touchés ont été ceux dont les activités ont été mises à l’arrêt ou n’ont pu tourner qu’à faible régime dès l’apparition de l’épidémie de coronavirus. L’horeca en a particulièrement fait les frais. Il semble que dans ce secteur, on puisse parler d’une paralysie presque totale des postes vacants en 2020 : Statbel a enregistré une baisse de 80% du nombre d’emplois à pourvoir dans l’hôtellerie et la restauration par rapport à 2019. Group S constate que le secteur hôtelier, qui a pu rester partiellement ouvert durant la crise du coronavirus, a également connu une chute drastique de 60 % des recrutements.

Les trois secteurs les plus touchés sont ceux de la coiffure, de l’esthétique, de l’audiovisuel et de l’événementiel. Les salons de coiffure et d’esthétique ayant dû fermer leurs portes à deux reprises, le nombre de personnes au travail dans ce secteur en 2020 a chuté de 45% par rapport à l’année précédente. Quant aux secteurs de l’audiovisuel et de l’événementiel, ils ont proposé aux Belges 33% de nouveaux emplois en moins.
L’un des rares secteurs où le nombre de recrutements est resté plus ou moins stable est, sans surprise, le secteur de la santé.

Source : GroupS

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.