FR | NL | LU
Peoplesphere

Enquête auprès de 1.000 employeurs bruxellois: les organismes bruxellois de l’emploi et de la formation veulent co-construire de nouvelles solutions pour le marché du travail.

Le coronavirus a complètement bouleversé le monde du travail. Opportunités pour les uns, challenges pour les autres. Chaque entreprise a dû s’adapter. Les besoins des employeurs ont changé. Les organismes bruxellois de l’emploi et de la formation, Actiris, Bruxelles Formation et VDAB Brussel, ont rencontré les fédérations patronales en présence du ministre bruxellois, Bernard Clerfayt, pour évoquer les bouleversements engendrés par la crise sur l’emploi et imaginer les meilleures réponses à y apporter.

Certains secteurs tels que l’Horeca ont été fermés pendant plusieurs mois et éprouvent aujourd’hui des difficultés à trouver du personnel car les travailleurs se sont tournés vers d’autres métiers. D’autres secteurs ont été épargnés par la crise qui a même boosté leurs activités mais ne parviennent pas aujourd’hui à recruter suffisamment de personnel pour suivre le rythme du carnet de commande qui se remplit.

Pour suivre au plus près toutes ces évolutions et veiller à apporter les réponses les plus adéquates aux besoins des employeurs, Actiris a décidé d’initier une consultation à grande échelle, en collaboration avec Bruxelles Formation et VDAB Brussel. Une première rencontre avec une dizaine de fédérations professionnelles a eu lieu ce jeudi 30 septembre en présence de Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation. L’occasion pour Actiris et ses partenaires de présenter l’enquête qui va être lancée auprès de 1.000 employeurs bruxellois. Celle-ci a pour objectif d’identifier avec précision les besoins et attentes des employeurs bruxellois en matière de recrutement, de formation, d’aides financières et de diversité et d’inclusion. Les employeurs bruxellois sont invités à participer à la consultation d’Actiris via le site https://actiris.brussels/jepartagemesdefis. L’enquête se clôturera dans le courant du mois de novembre. De nouvelles rencontres avec des employeurs seront ensuite programmées afin de dégager des pistes d’actions concrètes.

« Ce processus de consultation marque le lancement de la Garantie Solutions Employeurs. Ce projet vient à pic car la crise du Covid a dessiné un nouveau marché du travail. Les employeurs bruxellois font face à de nouveaux défis. Notre rôle en tant que services publics est de les accompagner au mieux car ce sont eux qui créent l’emploi de demain. Il est donc crucial de connaître leurs besoins, de vérifier que notre offre de services y est adaptée et le cas échéant imaginer ensemble de nouvelles solutions » déclare Caroline Mancel, directrice générale ad interim d’Actiris.

Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’Emploi et de la Formation, estime que cette Garantie Solutions Employeurs est indispensable. « En 2019, Actiris a reçu 35.063 offres d’emploi. Un chiffre qui est loin de refléter la réalité du marché de l’emploi bruxellois et de sa périphérie. Pour augmenter ce nombre, il faut qu’Actiris garantisse aussi une solution aux employeurs pour trouver les talents dont ils ont besoin. Et si Actiris offre une garantie solutions aux employeurs, elle sera plus à même d’offrir une solution aux chercheurs d’emploi. Car l’objectif reste le même : mettre plus de Bruxellois à l’emploi », explique-t-il.

Pour Laurent Schiltz, secrétaire général de la Confédération Construction Bruxelles, cette nouvelle étape dans la collaboration entre le secteur public et le privé est plus que bienvenue. « Aujourd’hui, mais aussi dans les années à venir, la construction a d’énormes besoins en matière de main d’œuvre. Il y a un réel potentiel pour toute personne, homme ou femme, motivée à découvrir un secteur de la construction en pleine mutation aussi bien technologique qu’environnementale. Il y a des métiers pour tous les goûts et de superbes perspectives de carrières dans le secteur et dans nos entreprises. C’est important qu’Actiris et ses partenaires, qui travaillent avec le secteur au sein de Construcity.brussels, soient à notre écoute et véhiculent ce message auprès des chercheurs d’emploi pour nous permettre d’attirer plus de candidats. »

« Bruxelles est une ville de talents. Notre secteur a besoin de ces talents qui doivent venir sans crainte car notre HoReCa permet d’évoluer et d’aller du bas vers les sommets dirigeant. Ce métier apporte une vie économique et sociale importante pour Bruxelles. Il est important donc que les services publics contribuent à le mettre en valeur aux côtés du secteur », indique pour sa part Fabian Hermans, président de la Fédération Ho.Re.Ca Bruxelles.

René Konings, manager d’Agoria Brussels abonde dans le même sens. « Bruxelles regorge de talents, mais tous ne trouvent pas facilement le chemin vers un emploi. Nous devons atteindre et toucher plus de chercheurs d’emploi et nous devons également investir dans leurs compétences digitales et techniques. Nous savons déjà pour quels profils il y aura de la demande dans les années à venir. Nous estimons qu’il y aura 12.000 emplois en plus dans le secteur technologique d’ici à 2030 à Bruxelles. Si nous pouvons trouver des moyens en collaboration avec le service public pour répondre à cette demande, nous assurons la croissance de Bruxelles et l’emploi des Bruxellois. »

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.