FR | NL | LU
Peoplesphere

Tous les indicateurs du marché du travail étaient en nette amélioration avant de relancer les mesures de restriction.

Les résultats provisoires des indicateurs mensuels sur la base de l’Enquête sur les forces de travail de Statbel, l’office belge de statistique, montrent des évolutions positives sur le marché du travail. Le taux d’emploi des 20-64 ans est estimé à 71,6% tandis que le taux de chômage se replie à 5,9%. Le taux d’emploi des 20 à 64 ans, qui atteignait 70,5% en juillet et en août, grimpe à 71,6% selon les résultats provisoires de l’Enquête sur les forces de travail. Il s’agit de son plus haut niveau depuis août 2019.

Le taux d’emploi a augmenté davantage chez les hommes (+1,5 point de pourcentage) que chez les femmes (+0,7 point de pourcentage) entre août et septembre. Nous observons par ailleurs surtout une forte augmentation parmi les personnes à niveau d’instruction faible (+3,2 points de pourcentage) et les 20-54 ans (+1,4 point de pourcentage).

Début 2021, un nouveau règlement-cadre européen est entré en vigueur. Il a entraîné des modifications à l’enquête. Le taux d’emploi de 2021 ne peut dès lors pas être simplement comparé avec les chiffres antérieurs à 2021. Une des principales modifications : à partir de cette année, les personnes en chômage temporaire pour une durée de plus de trois mois ne peuvent plus être comptabilisées parmi les personnes occupées mais parmi les chômeurs ou les inactifs, selon les réponses données aux questions relatives à la recherche d’un travail ou à la disponibilité. Afin d’illustrer l’impact de ce changement sur le traitement des chômeurs temporaires de longue durée, nous calculons, en plus du taux d’emploi officiel, un taux d’emploi alternatif dans lequel les chômeurs temporaires de longue durée sont classés, comme auparavant, parmi les personnes occupées.

Depuis mai 2021, le nombre de chômeurs temporaires de longue durée diminue fortement, ce qui réduit l’écart entre le taux d’emploi officiel et le taux d’emploi alternatif. Au mois de septembre, le taux d’emploi alternatif se situe, avec 71,8%, encore 0,2 point de pourcentage au-dessus du taux officiel.

Nombre record de personnes ayant un deuxième emploi

Si l’on regarde quels types d’emplois sont en augmentation, on constate qu’il s’agit principalement d’emplois à temps partiel et temporaires. Le nombre de personnes occupées ayant un emploi à temps partiel augmente de 68.000 unités (+5,7%) entre août et septembre alors que le nombre de personnes ayant un emploi à temps plein croît de 12.000 unités (+0,3%). De même, le nombre de salariés ayant un emploi temporaire comme un job d’étudiant ou du travail intérimaire augmente nettement plus fort (+22,8%) que le nombre de salariés ayant un emploi fixe (+1,1%). En septembre, 11,9% des salariés avaient un emploi temporaire. Au début de l’année, ce pourcentage se situait généralement sous les 10%.

Nous observons également une hausse remarquable du nombre de personnes ayant plus d’un emploi. En septembre, 269.000 personnes occupées avaient un deuxième emploi. Ce nombre constitue un record. 5,4% de l’ensemble des personnes occupées en septembre avaient donc plus d’un emploi.

Le taux de chômage baisse à 5,9%

La hausse du taux de chômage observée au cours du mois de juillet (7,3%) ne s’est pas poursuivie durant les mois d’août et de septembre. Selon les estimations les plus récentes, le taux de chômage a reculé à 6,3% en août et, en septembre, le taux de chômage des 15 à 64 ans dégringole à un taux estimé de 5,9%, sous la barre des 6% pour la première fois cette année.

Le taux de chômage a baissé davantage chez les femmes (-0,7 point de pourcentage) que chez les hommes (-0,1 point de pourcentage) entre août et septembre. Par ailleurs, nous observons une nette baisse du taux de chômage des personnes à niveau d’instruction faible (-2,2 points de pourcentage) et une forte hausse du taux de chômage des jeunes (+4,7 points de pourcentage), ce qui pourrait être dû à des fluctuations de l’échantillon. Les échantillons sur lesquels sont basés les chiffres mensuels sont beaucoup plus petits que ceux des chiffres trimestriels et peuvent donc être soumis à des fluctuations d’échantillon plus importantes (surtout dans les petits groupes comme les jeunes).

Tout comme pour le taux d’emploi, la modification du traitement des chômeurs temporaires à compter de 2021 n’a plus qu’un très faible impact sur le calcul du taux de chômage. On observe ici un écart de seulement 0,1 point de pourcentage entre le taux de chômage officiel et le taux alternatif. C’est la conséquence logique du net recul du nombre de chômeurs temporaires de longue durée ces derniers mois.

Le nombre de travailleurs à domicile reste pratiquement au niveau de juillet et d’août

En juillet, nous avons constaté pour la première fois un impact clair de l’assouplissement par le gouvernement de la récente obligation de télétravail. 37,6% de la population occupée travaillait alors parfois ou habituellement à domicile. En juin, le taux de travail à domicile s’élevait à 41,6%. Les chiffres des mois d’août et de septembre sont chaque fois légèrement inférieurs au mois précédent, avec des pourcentages de travailleurs à domicile estimés à 37,1% en août et 36,7% en septembre. Si l’on ne considère que les salariés, ce chiffre est de 33% tant en août qu’en septembre.

La durée moyenne du travail est de 32,6 heures par semaine

En juillet et en août, les chiffres sur la durée du travail et les absences du travail montraient surtout un impact des vacances et des jours fériés. Au mois de septembre, le nombre moyen d’heures travaillées par semaine grimpe à nouveau à une moyenne de 32,6 heures par semaine.

Les vacances sont encore la raison principale d’être absent toute une semaine, quoique dans une bien moindre mesure qu’en juillet et en août. Cela concerne 159.000 personnes en septembre contre environ 780.000 personnes occupées en août. La maladie ou un accident (148.000 personnes occupées) est la deuxième cause principale d’être absent du travail pendant toute la semaine de référence. Elle est suivie par le congé de maternité, de paternité ou de naissance (45.000 personnes).

Enfin, la catégorie des chômeurs temporaires est un peu plus importante en septembre qu’en août. Environ 6.400 personnes occupées sont absentes pendant toute la semaine de référence pour cause de chômage temporaire. Par ailleurs, 34.000 personnes occupées sont au chômage pendant une partie de la semaine de référence. Il s’agit toutefois d’un autre groupe que celui des chômeurs temporaires de longue durée dont il est question au début de ce communiqué. Lorsque la durée totale ininterrompue du chômage temporaire s’élève à 3 mois ou moins, les chômeurs temporaires sont encore comptabilisés parmi les personnes occupées, comme auparavant.

Source: Statbel

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.