FR | NL | LU
Peoplesphere

Jour 1 pour la nouvelle gouvernance du secteur public wallon.

L’annonce est grandiloquente: « Il y aura un avant et un après mars 2018. » Avec les décrets gouvernance du Gouvernement wallon qui passaient au Parlement hier, le nombre d’administrateurs dans les intercommunales sera réduit de 328 unités. Le Ministre-Président Willy Borsus et la Ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue se sont déclarés heureux de cette ‘nouvelle gouvernance qui envahit la Wallonie’. Quelles sont les mesures concrètes décidées par le gouvernement régional. 

Réduction effective de 21 % du nombre d’administrateurs dans les intercommunales
Le Gouvernement wallon a décidé d’une diminution de 30 % du nombre maximum d’administrateurs. Sachant que toutes n’atteignaient pas le plafond maximum actuel, sur les 77 intercommunales que compte la Wallonie, 49 vont devoir diminuer leur nombre d’administrateurs. Cela représente une réduction de 328 administrateurs (sur un total actuel de 1.563), soit une diminution effective de 20,98 %. Le Gouvernement a aussi décidé qu’il n’y aurait plus qu’un seul Vice-Président par intercommunale ou structure parapublique wallonne. Cela signifie très concrètement une suppression de 98 Vice-Présidents dans les intercommunales (passant de 175 à 77) et 9 dans les 57 structures parapubliques wallonnes (UAP). Pour information, la limitation à une vice-présidence par intercommunale engendrera une économie de l’ordre de 750.000 €/an.

La fin des abus liés aux rémunérations
Les plafonds de rémunérations sont réduits. Il n’y aura désormais plus de rémunérations fixes sauf pour le Président et le Vice-Président. Enfin, ces rémunérations, ainsi que les jetons de présence pour les administrateurs seront strictement conditionnés à la participation effective et complète aux réunions.

Elargissement des incompatibilités, renforcement des obligations et des sanctions
On notera également dans les avancées majeures telles que l’élargissement des incompatibilités, – par exemple, une fonction de direction d’un organisme est incompatible avec le mandat de membre d’un collège communal ou provincial ou le mandat de Président d’un conseil communal ou provincial -; l’obligation de déposer une liste de mandats, de fonctions et de rémunérations reprise dans un cadastre et contrôlée par la Direction de Contrôle des mandats; la publication de toutes les rémunérations et ce, de façon actualisée ; l’extension des sanctions (allant jusqu’à la déchéance du mandat)…

L’ensemble des recommandations de la Commission Publifin transposées
Sept mois après son entrée en fonction, le Gouvernement a transposé les 84 recommandations de la Commission Publifin.  Le Gouvernement est allé, dans certains cas, au-delà de ces recommandations puisqu’il a étendu ces règles de transparence aux structures parapubliques wallonnes en plus des intercommunales.

Le registre des structures publiques.
Le Ministre-Président explique : « Il s’agit d’une véritable cartographie de toutes les structures publiques et organes satellitaires wallons (intercommunales, communes, CPAS, provinces, ASBL, UAP…). Enfin, les Wallons connaissent quelles institutions sont financées via leurs impôts. » L’outil sera mis à jour en temps réel et a vocation à devenir une vraie source authentique. « Il y aura un avant et un après 28 mars 2018 avec une transparence et un contrôle jamais atteints en politique en Wallonie », a conclu Willy Borsus.

Pour Valérie De Bue, Ministre des Pouvoirs locaux, « ces nouveaux décrets marquent un tournant décisif dans la prise de responsabilité, à tous les niveaux, depuis les mandataires locaux, jusqu’à la Région. »

Source : Cabinet du Ministre-Président Willy Borsus.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.