FR | NL | LU
Peoplesphere

La prudence reste de mise en matière de recrutement.

Le Baromètre Manpower des perspectives de l’emploi est attendu chaque trimestre. Il nous offre aujourd’hui une nouvelle confirmation des tendances observées régulièrement au cours de ces dernières semaines. 1.Le marché de l’emploi est régional. Les dynamiques sont différentes au Nord, au Sud et à Bruxelles 2.La prudence est toujours le mot d’ordre dans nos entreprises malgré la reprise. 3. Les petites entreprises manquent de visibilité (qui a dit ‘de vision’?) pour soutenir la relance économique. Les résultats du baromètre in extenso.

Comme l’indique l’analyse du baromètre publié ce jour, « la reprise se poursuivra à des rythmes différents selon les régions et les secteurs au cours du prochain trimestre. Au niveau national, 6% des 750 employeurs belges interrogés fin juillet par ManpowerGroup prévoient de renforcer leurs effectifs d’ici la fin de l’année, tandis que 4% planifient de les réduire. 89% des employeurs sondés ne prévoient aucun changement. Après correction des variations saisonnières, la Prévision Nette d’Emploi – ou le différentiel entre le pourcentage d’employeurs prévoyant des embauches et le pourcentage de ceux prévoyant des licenciements – atteint la valeur prudente de +2, en stagnation pour le quatrième trimestre consécutif. C’est une légère baisse de 1 point par rapport au 4e trimestre 2014. »

Parmi les indicateurs retenus pour mesurer la vitalité, retenons le nombre d’offres d’emploi publiées par les services régionaux de l’emploi. Celui-ci confirme la ‘régionalisation’ du marché : “Au cours du 2e trimestre 2015, les offres d’emploi ont connu une croissance spectaculaire de 20.9% en Flandre par rapport à l’an dernier, alors qu’elles progressaient de 5.5% à Bruxelles et reculaient légèrement de 1.8% en Wallonie. Pour le prochain trimestre, le degré de confiance des employeurs varie également fortement selon les régions ou les secteurs. On peut néanmoins s’attendre à plus de mouvement sur le marché du recrutement car, dans un contexte déjà plus favorable, les gens sont davantage prêts à changer de travail et oser prendre le risque de saisir de nouvelles opportunités.

Employeurs optimistes au Nord, prudents au Sud…

« En Flandre (+7), les employeurs rapportent leurs intentions les plus optimistes depuis le 3e trimestre 2011. C’est une progression de 4 points en comparaison trimestre et annuelle. Les employeurs bruxellois (+3) rapportent également des intentions de recrutement positives, même s’ils se montrent plus prudents. Les prévisions sont en léger recul de 1 point par rapport au trimestre précédent et de 2 points par rapport au 4e trimestre 2014. Les perspectives sont nettement moins favorables en Wallonie (-4): la Prévision Nette d’Emploi est négative et atteint son niveau le plus faible depuis le 2e trimestre 2013, en recul de 5 points par rapport au trimestre précédent et de 3 points par rapport au même trimestre l’an dernier. »

Les intentions de recrutement sont positives dans sept des 10 secteurs d’activités sondés: « Les perspectives d’emploi pour le prochain trimestre sont positives dans sept des 10 secteurs sondés. Les employeurs des secteurs de l’Electricité, gaz et eau (+10, au plus haut depuis le 2e trimestre 2011) rapportent les intentions de recrutement les plus optimistes, suivis par les employeurs du secteur des Industries extractives (+6). Les prévisions d’embauche sont modérément positives dans trois secteurs (tous trois à +4) : l’Agriculture et la pêche (meilleur score depuis le 2e trimestre 2011), l’Horeca et le secteur des Services publics, de l’éducation, de la santé et des services collectifs. Le rythme des embauches restera faible dans le secteur de l’Industrie manufacturière (+2) et le secteur de la Finance, de l’assurance, de l’immobilier et des services aux entreprises (+1). Les employeurs de trois secteurs rapportent des perspectives d’emploi négatives pour le prochain trimestre: le Transport et la logistique (-1), le Commerce de gros et de détail (-2) et la Construction (-2). »

La taille des effectifs reste un facteur différenciant.

La taille de nos entreprises représente elle aussi un critère pertinent lorsqu’il s’agit de prévoir comment le recrutement évoluera au fil des prochains mois. « Les employeurs des trois des quatre segments d’entreprise selon la taille de leurs effectifs anticipent une activité de recrutement positive au cours du prochain trimestre. Pour le 4e trimestre 2015, ce sont les employeurs des grandes entreprises (≥ 250 travailleurs) et des moyennes entreprises (50-249 travailleurs) qui rapportent les Prévisions Nettes d’Emploi les plus favorables, +13 et +11 respectivement. Les intentions de recrutement sont également modérément optimistes (+6) dans les petites entreprises (10-49 travailleurs). En revanche, les employeurs des micro-entreprises (< 10 travailleurs) se montrent hésitants et prônent le statu quo dans leurs effectifs (0). »

Et à l’international ?

« La prudence reste de mise pour la majorité des employeurs sondés dans le monde. A l’échelle mondiale (au total près de 59.000 employeurs ont été interrogés), les intentions de recrutement sont positives dans 36 des 42 pays et territoires sondés. Cependant, la majorité des employeurs restent prudents dans leurs prévisions et attendent des indicateurs plus significatifs de reprise avant d’accroître plus fortement leurs recrutements. Dans l’ensemble, l’optimisme des employeurs est contrasté par rapport à l’étude du 3e trimestre 2015 et du 4e trimestre 2014. Les prévisions s’améliorent en comparaison trimestrielle dans 15 pays mais reculent dans 20 autres et restent inchangées dans 7 pays. En comparaison annuelle, elles progressent dans 16 pays, se replient dans 21 autres et sont stables dans 5 pays. C’est à nouveau en Inde (+41) et à Taiwan (+36) que le rythme des embauches sera le plus soutenu. Les perspectives d’emploi continuent de s’améliorer au Japon (+23) où les demandeurs d’emploi devraient bénéficier des prévisions les plus optimistes jamais enregistrées depuis le 1er trimestre 2008. La tendance est également aux Etats-Unis (+18): plus d’un employeur sur cinq envisage d’augmenter ses effectifs d’ici la fin de l’année, ce qui amène la Prévision Nette d’Emploi à non niveau le plus élevé depuis le 4e trimestre 2007. A l’inverse, l’activité de recrutement devrait continuer à ralentir en Chine (+5, la Prévision Nette d’Emploi au plus bas depuis six ans) et au Brésil (-10, la Prévision Nette d’Emploi la plus faible de tous les sondés, au plus bas depuis le lancement de l’enquête dans ce pays au 4e trimestre 2009). Dans la région Europe, Moyen-Orient et Afrique (EMEA), les perspectives d’emploi pour le 4e trimestre sont positives dans 19 pays sur 24. D’un trimestre sur l’autre, elles s’améliorent dans sept pays et se détériorent dans douze. Par rapport au 4e trimestre 2014, la confiance des employeurs est plus robuste dans 12 pays et plus faible dans neuf autres. En outre, dans les pays où une augmentation des perspectives d’embauche est envisagée, les hausses d’effectifs sont pour la plupart modestes. C’est en Roumanie (+16), en Turquie (+15), en Hongrie (+11) et en Bulgarie (+10) que le climat d’embauche sera le plus favorable d’ici la fin de l’année. En Allemagne (+6), les employeurs continuent de rapporter des intentions de recrutement encourageantes alors que le rythme des embauches devrait ralentir légèrement au Royaume-Uni (+4). Les prévisions sont légèrement positives en Espagne (+3), en Belgique (+2) et aux Pays-Bas (+1). En revanche, les prévisions sont négatives dans quatre pays: la Finlande (-1), la France (-2), la Grèce (-2) et l’Italie (-4). »

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.