FR | NL | LU
Peoplesphere

Malgré les inquiétudes quant à la productivité du travail à distance, les employeurs peinent à investir dans de nouvelles solutions technologiques.

Une nouvelle étude publiée aujourd’hui par Ricoh Europe révèle que les employeurs n’investissent pas dans la technologie nécessaire au maintien de la productivité de leur personnel à distance, malgré les inquiétudes concernant son rendement. L’étude menée par Opinion Matters, pour le compte de Ricoh Europe, a interrogé 1.500 décideurs sur tout le continent. Les résultats indiquent que les employeurs ne comprennent pas les obstacles à la productivité de leur personnel.

Plus de 18 mois après que la pandémie de coronavirus s’est abattue sur l’Europe, obligeant les entreprises à adopter des pratiques de travail à distance, un peu plus d’un tiers (36%) des employeurs affirment que leur organisation a fourni les outils et la technologie nécessaires pour maintenir la productivité des employés, quel que soit l’endroit depuis lequel ils travaillent. Malgré l’absence de mise en œuvre de nouvelles solutions, la majorité des employeurs (53 %) reconnaissent que l’investissement dans l’IA et l’automatisation améliore la productivité de leurs travailleurs hybrides. Ces résultats font suite à une étude publiée par Ricoh Europe le mois dernier, selon laquelle deux tiers (65 %) des employeurs ne font pas entièrement confiance à leurs employés qui travaillent à distance.

Les employeurs semblent largement surestimer le temps que les employés consacrent aux tâches qui apportent une réelle valeur ajoutée aux clients, tandis que les employés disent qu’ils s’enlisent dans des tâches moins importantes. La plupart des employeurs (69 %) pensent que leurs employés consacrent jusqu’à 180 minutes par jour à des activités de grande valeur, alors que les employés à qui l’on avait posé une question similaire en mars de cette année estiment ce temps à 73 minutes.

Le manque d’investissement dans les technologies permettant aux personnes de travailler partout de manière productive laisse penser que les employeurs ne sont pas suffisamment préparés aux réalités du travail hybride. Plus de la moitié (54 %) des décideurs d’entreprise européens estiment que la collaboration au bureau est essentielle au succès futur de leur organisation. Malgré cette volonté, seuls 27% pensent que leur entreprise reviendra à la semaine de cinq jours au bureau dans les 12 prochains mois – ce qui soulève d’autres questions sur les raisons de cette absence d’investissement dans les outils de travail hybrides.

Eric Gryson, CEO de Ricoh Belgium, déclare : « Les employeurs apprécient clairement la collaboration en présentiel, mais ils doivent trouver un équilibre subtil entre la préservation de la culture et de l’esprit d’équipe, souvent mieux vécus dans le cadre du travail au bureau, et les vertus du travail hybride. Il est important de rappeler que la technologie qui stimule la productivité pour le travail hybride profitera également aux travailleurs lorsqu’ils seront au bureau. Cela est particulièrement vrai pour l’automatisation et les outils basés sur l’IA, qui intéressent de plus en plus les employés, car ils les libèrent d’un travail répétitif et à faible valeur ajoutée, et leur permet de se concentrer sur des tâches plus gratifiantes. Les entreprises ont eu leur lot de perturbations au cours des 18 derniers mois. Bien qu’elles aient fait preuve d’une incroyable résilience, elles risquent de perdre les talents qui sont restés avec elles durant toute la pandémie si elles n’investissent pas dans la technologie qui stimulera la productivité en cette ère de travail hybride et au-delà. Les employeurs devraient se rappeler que la mise en place de pratiques de travail hybrides, qui placent les besoins des employés au cœur de la prise de décision, démontre un engagement et une compréhension des défis auxquels ces travailleurs ont été confrontés, augmente la productivité et favorise la loyauté. »

Source: Ricoh Belgium

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.