FR | NL | LU
Peoplesphere

Offrir la possibilité d’en parler librement est une des clés pour améliorer la diversité et l’inclusion sur le lieu de travail.

La journée mondiale contre l’homophovie, ce 17 mai 2020, constitue l’occasion de se (re-)pencher sur la question de la discrimination sur le lieu de travail. Actuellement, il apparaît que plus de 6 employés sur 10 remarquent un impact positif sur le lieu de travail lorsqu’il est possible de parler ouvertement de la diversité et de l’inclusion avec le personnel. L’enquête sur la diversité que la société Hays a menée au début de l’année et qu’elle publie aujourd’hui relève que plus de la moitié des personnes interrogées (56 %) ont également indiqué qu’elles ne ressentent plus aucune forme de discrimination sur le lieu de travail.

L’expert en recrutement Hays examine régulièrement la diversité sur le lieu de travail. Il ressort de sa dernière enquête que plus de 60 % des personnes interrogées indiquent qu’elles constatent un impact positif sur le lieu de travail lorsque on y peut parler ouvertement de la diversité et de l’inclusion.

Cet impact concerne principalement le maintien d’une équipe d’employés diversifiée et hétérogènes. Parmi les personnes interrogées, 64 % disent également qu’elles peuvent apercevoir un effet positif lorsque leurs responsables suivent une formation sur les préjugés inconscients, afin d’assurer que tout le monde reçoit les mêmes chances.

« Nous constatons que les employés sont plus enclins à rester chez le même employeur s’il s’engage à développer une culture d’entreprise positive. Trois quarts des employés estiment que c’est positif qu’une entreprise s’efforce de respecter et de promouvoir la liberté d’expression. », dit Robby Vanuxem, Managing Director de Hays.

Tout commence par l’entretien d’embauche

Pour élaborer une bonne politique de diversité et d’inclusion, il est préférable de commencer par le début. « Le premier contact avec un nouveau salarié détermine directement sa vision de votre entreprise. Les recherches montrent que, entre-temps, la plupart des employeurs a compris cela. La moitié des candidats interrogés indiquent qu’ils ne remarquent aucune forme de préjudice au cours de leur entretien d’embauche ».

Les entreprises développent également leur processus de recrutement afin de juger les qualités d’une personne de manière aussi neutre que possible. Parmi les employeurs interrogés, 82% indiquent qu’ils croient en un processus de recrutement bien fondé, avec plusieurs tours ou tests pour lutter contre les préjugés. Par ailleurs, 8 sur 10 indiquent qu’ils trouvent important que plusieurs employés soient présents lors des entretiens afin que tout se déroule le plus équitablement possible.

1 personne sur 10 est discriminée en raison de son orientation sexuelle

Plus de la moitié des salariés interrogés indiquent qu’ils ne ressentent plus aucune forme de discrimination. Des 44 % qui affirment qu’ils ressentent encore une discrimination, la majorité déclare que la discrimination est fondée sur l’âge, le sexe ou l’origine ethnique. 9% estiment que la préférence sexuelle constitue la base de leur discrimination.

« Nous constatons de moins en moins de discrimination sur la base de l’orientation sexuelle de l’employé, ce qui est positif. En revanche, il y a encore des personnes qui ont le sentiment de ne pas être les bienvenues à certains événements ou activités. Il s’agit d’ environ 40 %. Il reste important que les entreprises s’expriment ouvertement, par exemple en soutenant des événements qui tournent autour de la diversité, tels que la Pride ou la Journée internationale de la femme. Près de la moitié des employés considèrent qu’il s’agit d’une évolution positive. » rappelle Robby Vanuxem.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.