FR | NL | LU
Peoplesphere

Vacances de printemps : les travailleurs préfèrent ne pas trop ‘consommer’ leurs jours de congé.

Comment les parents qui travaillent s’organisent-ils pour faire face à la (soudaine) prolongation des vacances scolaires ? Le prestataire de services‑RH Acerta a constaté que pendant la semaine de vacances scolaires supplémentaire qui a précédé les vacances de Pâques, la proportion de congés avait augmenté en moyenne de 22,7 %, en restant toutefois faible (1,6 %), et que la proportion de chômage temporaire avait augmenté de 18,9 %, alors que durant la semaine de congé d’automne supplémentaire de l’année dernière, ce sont surtout les chiffres relatifs aux congés qui avaient augmenté.

Le mois de mars semble trop tôt pour déjà entamer le solde de congés, même si c’est bien plus intéressant sur le plan financier que le chômage temporaire. La garde des enfants est donc aussi envisagée de manière différente, par exemple en combinaison avec le télétravail.

Prise de congés avec parcimonie, augmentation similaire du chômage temporaire

Comment les parents qui travaillent s’organisent-ils pour garder les enfants lorsque les vacances scolaires sont prolongées? ACERTA a pris en compte les chiffres relatifs au chômage temporaire et aux congés. En effet, les personnes qui n’ont pas de solution de garde peuvent demander à leur employeur de recourir au chômage temporaire ou prendre des congés.

Au cours des trois premiers jours ouvrables de la semaine supplémentaire précédant les vacances de Pâques (du 29 au 31 mars 2021), nous constatons une augmentation tant du chômage temporaire que des congés comparativement à la semaine précédente (du 22 au 26 mars 2021). L’augmentation du chômage temporaire va de +16,8 % à +20,5 % et l’augmentation des congés de +18,4 % à +30,1 %, mais elle reste toutefois sous les 2 % du nombre de jours ouvrables.

Deux fois plus de congés durant la semaine de vacances scolaires supplémentaire en automne 2020

Durant les vacances d’automne 2020, nous avions déjà vécu la situation où les vacances scolaires sont prolongées en raison des mauvais chiffres liés au coronavirus, telle que nous la connaissons actuellement avec les vacances de Pâques. Pendant la semaine supplémentaire où les écoles ont dû fermer leurs portes après les vacances d’automne de l’année dernière (du 9 au 13 novembre 2020), nous avions constaté que les parents qui travaillaient avaient essentiellement pris plus de congés. Durant cette semaine, le nombre de jours de congés avait connu une augmentation allant de 45 % à plus de 100 %, soit le double ; la proportion de jours ouvrables consacrés aux congés avait dépassé les 8 %. L’incidence sur le chômage temporaire est toutefois restée limitée, car la part de chômage temporaire était déjà plus élevée.

Trop tôt pour prendre des congés

Laura Couchard, conseillère juridique chez Acerta : « Les vacances d’automne de l’année dernière et les vacances de Pâques actuelles restent deux situations différentes. En arrivant à la fin de l’année, les travailleurs auront plus tendance à regarder leur solde de congés qu’au début de l’année. Nous constatons en outre qu’un jour férié tombait durant cette semaine de novembre, ce qui invite généralement à faire le pont. Pour ceux qui avaient encore des congés en novembre, il était également plus intéressant sur le plan financier de prendre congé plutôt que d’opter pour le chômage temporaire. En revanche, les travailleurs estiment que le mois de mars est encore tôt pour puiser dans leur réserve de congés. »

Combinaison avec le télétravail et les grands-parents

Laura Couchard : « Les chiffres du chômage temporaire et des congés ont donc augmenté durant la semaine de vacances scolaires supplémentaire, tout en restant assez faibles. Cela laisse supposer que les parents ont trouvé d’autres solutions que la prise de congés. Les personnes qui sont au chômage temporaire en cas de force majeure sont à la maison. Celles qui peuvent télétravailler ressentent moins le besoin de prendre congé, surtout si les enfants sont plus grands. »

Source: Acerta – les données recueillies sont basées sur les données réelles d’un ensemble de 240 000 travailleurs en service auprès de plus de 32 000 employeurs du secteur privé, auquel appartiennent tant des PME que des grandes entreprises.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.