FR | NL | LU
Peoplesphere

L’année 2021 proclamée Année internationale de l’élimination du travail des enfants.

L’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a adopté à l’unanimité une résolution proclamant l’année 2021 « Année internationale de l’élimination du travail des enfants » et a demandé à l’Organisation internationale du Travail de diriger sa mise en œuvre. Elle invite la communauté internationale à intensifier ses efforts en vue d’éradiquer le travail forcé et le travail des enfants.

La résolution rappelle l’engagement des Etats membres «à prendre des mesures immédiates et efficaces pour supprimer le travail forcé, mettre fin à l’esclavage moderne et à la traite d’êtres humains, interdire et éliminer les pires formes de travail des enfants, y compris le recrutement et l’utilisation d’enfants soldats et, d’ici à 2025, mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes».

L’AGNU reconnaît l’importance de la convention (n° 183) sur l’âge minimum, 1973 et de la convention (n° 182) sur les pires formes de travail des enfants, 1999 de l’OIT – qui approche la ratification universelle par les 187 Etats Membres de l’OIT – ainsi que celle de la Convention relative aux droits de l’enfant.

Elle souligne aussi l’importance de «revitaliser les partenariats mondiaux pour assurer l’application du Programme de développement durable à l’horizon 2030 , y compris en ce qui concerne les objectifs et les cibles visant à éliminer le travail des enfants». Soixante-dix-sept pays ont coparrainé la résolution.

«Nous espérons que cela constituera une nouvelle étape pour redoubler nos efforts et nos progrès afin d’avancer, jour après jour, vers un monde où aucun enfant ne sera exploité ou contraint de travailler, un monde où le travail décent pour tous sera une réalité», a déclaré Martin Garcia Moritán, représentant de l’Argentine auprès des Nations Unies.

L’OIT a œuvré pour l’abolition du travail des enfants tout au long de son histoire séculaire et l’une des premières conventions adoptées fut la convention (n° 5) sur l’âge minimum (industrie), 1919 .

Des progrès considérables ont été enregistrés ces dernières années, essentiellement grâce à un intense travail de plaidoyer et une mobilisation à l’échelon national s’appuyant sur des mesures législatives et pratiques. Entre 2000 et 2016, le travail des enfants a reculé de 38 pour cent à l’échelle mondiale.

«La lutte contre le travail des enfants a pris un élan extraordinaire ces vingt dernières années», a rappelé Beate Andrees, Cheffe du service des Principes et droits fondamentaux au travail de l’OIT. «Mais aujourd’hui encore, 152 millions d’enfants à travers le monde sont astreints au travail des enfants. De toute évidence, nous devons amplifier notre action et la décision prise par l’Assemblée générale de proclamer l’année 2021 Année internationale de l’élimination du travail des enfants va beaucoup nous aidés à attirer l’attention sur les millions de filles et de garçons qui continuent de travailler dans les champs, les mines et les usines».

Les estimations de l’OIT montrent qu’en 2016:

  • 152 millions d’enfants âgés de 5 à 17 ans étaient astreints au travail des enfants, dont près de la moitié, soit 73 millions, effectuaient des travaux dangereux.
  • Les travaux dangereux étaient les plus fréquents parmi les enfants âgés de 15 à 17 ans. Néanmoins, près d’un quart de ces travaux dangereux étaient effectués par des enfants âgés de moins de 12 ans (19 millions).
  • Près de la moitié (48 pour cent) des victimes du travail des enfants avaient entre 5 et 11 ans; 28 pour cent entre 12 et 14 ans et 24 pour cent entre 15 et 17 ans.
  • Le travail des enfants se concentrait d’abord dans l’agriculture (71 pour cent) –incluant la pêche, la sylviculture, l’élevage de bétail et l’aquaculture –, 17 pour cent dans les services et 12 pour cent dans le secteur industriel, notamment minier.

Source: OIT – Organisation Internationale du Travail

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.