FR | NL | LU
Peoplesphere

Le paradoxe du secteur du profit social : de plus en plus performant et toujours aussi méconnu…

Le Baromètre 2016 des Entreprises Sociales, élaboré par l’Académie des Entrepreneurs Sociaux (HEC Liège) et CBC Banque & Assurance, confirme la montée en puissance des entreprises sociale dans l’économie belge. Toutefois, la population semble peu informée de ce nouveau secteur très dynamique. 

Les résultats du Baromètre annuel des Entreprises Sociales en Belgique permettent de dresser le bilan de l’évolution du secteur dans notre pays. Parallèlement, CBC Banque a mené, en collaboration avec IPSOS, une enquête miroir auprès de la population belge afin de mesurer sa connaissance de l’entrepreneuriat social.

Les résultats du Baromètre des Entreprises Sociales CBC/HEC confirment l’attractivité et la performance de ce secteur. Les entreprises grandissent et engagent alors que les citoyens investissent et s’engagent. En Belgique, le nombre d’entreprises sociales s’élevait à 18.074 fin 2014. Elles emploient 371.478 personnes (ETP), soit 1 salarié sur 8. Le Baromètre révèle également que le citoyen belge investit de plus en plus durablement, et ce à hauteur de 13,92 milliards. Dans le même temps, 1 Belge sur 5 exerce une activité bénévole.
Mais alors que les entreprises sociales s’inscrivent durablement dans l’économie belge, l’enquête miroir révèle une connaissance limitée du grand public de ce secteur. Seul 1 Belge sur 3 déclare avoir déjà entendu parler de ce secteur et près de la moitié des Belges ne donne pas une définition correcte, à savoir une entreprise qui place en priorité son impact social. Et même parmi ceux qui en ont déjà entendu parler, 40% ne donnent pas la bonne définition.

30% des Belges pensent erronément qu’il s’agit d’entreprises qui se consacrent majoritairement à l’assistance aux personnes. Or, aujourd’hui l’entreprise sociale se retrouve dans des activités très diverses : restauration, agriculture, santé, éducation. D’ailleurs, 6 Belges sur 10 n’ont aucune idée s’ils ont déjà consommé un produit ou un service issu d’une entreprise à finalité sociale. Enfin, seul 1 Belge sur 3 sait que les entreprises sociales sont créatrices d’emplois.

Le secteur mérite plus de visibilité.

Sur la période 2008-2014, l’évolution du nombre d’entreprises sociales représente une augmentation notable de 2,2% puisque dans le même temps le nombre d’entreprises privées (hors entreprises sociales) a diminué de 2,3%. Pour Maxime Bouchat, Coordinateur de l’Académie des Entrepreneurs Sociaux (HEC Liège), « l’emploi profite également de cette tendance positive. Ainsi, le Baromètre révèle que l’emploi salarié dans les entreprises sociales a augmenté de 11,5 % sur la même période et s’élève à 371.478, soit 11,9% de l’emploi salarié total en Belgique. Près d’un emploi sur huit est donc actif dans une entreprise sociale, une information méconnue du grand public puisque seul 1 Belge sur 3 sait que les entreprises sociales sont créatrices d’emplois[1] ».

Il apparaît également que plus la taille de l’entreprise est grande, plus la part des emplois dans les entreprises sociales tend à être important, de sorte que dans les entreprises de plus de 100 travailleurs, les entreprises sociales représentent au moins 20 % des emplois. Dans les entreprises de moins de 10 personnes, cela ne représente que 9%.

« Le germe de l’entrepreneuriat social est visible à l’œil nu pour celui qui s’y intéresse. Il se doit désormais d’être mis en lumière pour être connu de tous. Nous le voyons dans l’enquête miroir, seul 1 Belge sur 3 a déjà entendu parler de l’entrepreneuriat social, et près de la moitié des Belges se trompe sur sa définition, à savoir une entreprise sociale est une entreprise qui poursuit de manière prioritaire une finalité sociétale tout en ayant une efficacité économique. Et même parmi ceux qui en ont déjà entendu parler, 40% ne donnent pas la bonne définition. Si ce secteur progresse dans notre économie pour s’y inscrire durablement, il n’a pas encore la visibilité qu’il mérite. Cela montre l’importance de soutenir l’Académie des Entrepreneurs Sociaux et le chemin déjà parcouru. Ensemble, nous avons une responsabilité d’information du grand public. C’est clairement une priorité pour CBC Banque », commente Bruno Menu, Directeur du Centre Public et Non-Marchand de CBC.

De nouveaux investisseurs, de plus en plus durables.

Force est de constater que le secteur de l’entrepreneuriat social attire également un nouveau type d’investisseurs. Le Baromètre 2016 révèle qu’au 31 décembre 2014, le total des encours placés en Investissement Socialement Responsable (ISR) s’élevait à près de 13,92 milliards d’euros, ce qui représente une croissance remarquable de 13 % par rapport à 2013.

En outre, le Belge ne se contente pas d’investir de manière responsable, il s’investit. Selon le Baromètre, la Belgique compte plus de 1 800 000 bénévoles, soit 19,4% de la population si on tient compte des personnes qui mènent des activités gratuites directement au bénéfice d’autres personnes.

[1] CBC a confié au bureau d’enquête IPSOS la réalisation d’une enquête « Les Belges et l’entrepreneuriat social » auprès d’un échantillon représentatif de la population adulte belge – juin 2016.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.