FR | NL | LU
Peoplesphere

La technologie, catalyseur des changements nécessaires sur le lieu de travail afin de faciliter le retour au bureau après la pandémie?

Les employés en Europe sont ouverts à un retour partiel au bureau après la pandémie, mais veulent des changements sur leur lieu de travail. Les employeurs doivent se concentrer davantage sur le rôle que la technologie peut jouer au sein de leur organisation et ils doivent varier l’aménagement des bureaux. Un rapport de Sharp, accompagné d’analyses de Viola Kraus, spécialiste du Future of Work, explore l’impact de la pandémie sur les opinions et les attentes des employés quant au lieu et à la manière dont ils souhaitent travailler.

Alors que la grande majorité des Européens télétravaillent depuis plus d’un an et demi et que nombre d’entre eux continueront de le faire dans un avenir proche, Sharp présente les résultats d’une nouvelle étude. Elle montre que la plupart des employés en Europe sont impatients de retourner au bureau quelques jours par semaine.

L’étude révèle en outre que les employeurs doivent satisfaire un certain nombre d’exigences pour créer une ambiance productive et positive sur le lieu de travail, en particulier auprès des employés de moins de 30 ans.

L’étude a sondé plus de 6.000 employés de bureau travaillant dans des PME à travers l’Europe. Elle a montré l’impact de la pandémie de coronavirus sur les attentes et besoins professionnels des employés pour l’avenir.
Après une longue période de télétravail obligatoire, trois employés sur cinq (58%) déclarent attacher plus d’importance à un environnement de travail dynamique. Plus de la moitié (55%) trouvent qu’il est essentiel de se voir physiquement et de travailler ensemble.

Lorsqu’on les interroge sur le lieu de travail du futur, les employés veulent avant tout pouvoir concilier travail au bureau et travail à distance (30%). 15% des sondés préféreraient travailler à distance à temps plein et 14% voudraient travailler dans un bureau à temps plein.

Les sondés ont également été interrogés sur les raisons pour lesquelles ils souhaitaient travailler au bureau. Ils apprécient surtout la présence de leurs collègues (27%) et l’opportunité d’avoir plus de contacts sociaux (25%). Une autre raison souvent citée est la certitude d’avoir accès aux dernières technologies (22%).

Si la demande de retour au bureau est manifeste, les employés éprouvent néanmoins quelques réticences. Voici les cinq les plus fréquemment citées :

  • Absence de technologies de bureau appropriées (32%)
  • Restrictions dans l’aménagement du bureau (30%)
  • Installations partagées avec plusieurs entreprises et uniquement accessibles en transports en commun (25%)
  • Bureau ennuyeux ou peu inspirant (24%)
  • Espaces de travail et de réunion peu variés (23%).

Viola V. Kraus, psychologue spécialisée dans le Future of Work, déclare : « On parle beaucoup de lieu de travail hybride : une combinaison de travail à distance et au bureau. Mais pour que ce soit efficace, deux choses sont essentielles : la disponibilité de la technologie et la capacité à l’exploiter au mieux, ainsi qu’une formation pour apprendre à travailler efficacement ensemble et à préserver la culture d’entreprise. Dans les mois à venir, le nouveau rôle du bureau sera défini plus précisément, à mesure que nous nous adapterons à la nouvelle normalité et que les entreprises trouveront le bon équilibre entre la façon dont les gens travaillent et l’endroit où le font. »

Wilbert Hendriks, Manager Marketing & Strategy chez Sharp Electronics Benelux, conclut : « Il y a un désir évident de retourner au bureau. Mais il est important de gérer les attentes et d’identifier les demandes des employés afin de faciliter la transition et de trouver un équilibre entre le travail à distance et au bureau. Il est temps d’élargir l’espace, de renforcer les systèmes et d’avoir un état d’esprit collaboratif afin de répondre aux besoins des employés après la pandémie. »

 

Source : l’étude a été commandée par Sharp et menée par Censuswide auprès de 6 018 employés de bureau travaillant dans des PME (10 à 250 employés) de toute l’Europe.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.