FR | NL | LU
Peoplesphere

Vers un congé parental supplémentaire pour les parents isolés et confinés?

Selon le quotidien flamand De Morgen, la ministre de l’Emploi Nathalie Muylle (CD&V) va soumettre à ses partenaires de gouvernement MR et Open Vld un projet d’arrêté ouvrant la porte à un congé parental supplémentaire pour les télétravailleurs isolés (parents seuls ou séparés) afin de s’occuper des enfants pendant le confinement. Cette proposition bénéficie du soutien des partis dits ‘de gauche’ au Parlement, dans le cadre des pouvoirs spéciaux octroyés au gouvernement. Une des conditions prévues par arrête royal serait que l’un au moins des enfants ait 12 ans maximum, 21 ans pour une personne avec handicap.

L’instauration d’un congé parental spécifique à la crise du coronavirus est une demande de la Ligue des Familles. Celle-ci s’est réjouie de la proposition même si elle déplore son caractère limité. « Ce congé ne donnerait pas droit à une indemnisation comparable au règlement sur le chômage temporaire, mais la ministre veut faire un geste envers les parents célibataires en élargissant pour eux le congé parental ».

Concrètement, les parents pourraient prendre le congé par semaine, la procédure serait la plus courte possible et la demande pourrait commencer après un mois de travail chez l’employeur du moment. De plus, le congé n’aurait pas d’impact sur le système régulier: le solde de congé parental resterait le même. Une autre limite serait que le congé ne pourrait être pris que pour travailler à quatre cinquièmes ou à temps partiel. Le système serait valable jusqu’à la fin de l’année scolaire.

Du côté de la Ligue des Familles, on s’interroge par ailleurs quant à l’indemnisation. « C’est difficile pour les parents seuls de prendre congé vu la perte financière. Qu’en est-il des familles d’accueil et des travailleurs indépendants qui n’ont pas droit au congé parental? De plus, ce n’est pas une solution pour de nombreuses autres familles: parents d’accueil, travailleurs indépendants, parents avec bébés, nourrissons et enfants en âge préscolaire ou encore les couples où l’un des deux parents travaille en dehors du foyer. »

La FGTB quant à elle se réjouit qu’une ministre porte enfin attention à la problématique de la combinaison entre vie professionnelle et vie familiale pour les parents en télétravail. Cependant, elle estime « que la proposition est trop limitée et oublie différentes formes de structures familiales. En effet, les familles monoparentales constituent un groupe cible particulièrement touché par la crise, il importait donc d’envoyer un message spécifique, mais on ne peut oublier les autres parents. Qu’en est-il des familles avec enfants ayant des troubles de l’apprentissage ou de développement, pour lesquels les institutions ont été fermées et le soutien supprimé ? Qu’en est-il encore des familles où l’un des parents travaille à l’extérieur alors que le conjoint doit rester au domicile pour télétravailler ? Qu’en est-il toujours des situations nombreuses où les deux parents télétravaillent avec de jeunes enfants sans avoir la moindre possibilité d’adapter leur temps de travail ou leur charge de travail ? »

Le travail à domicile avec enfant doit être une priorité politique, selon l’organisation syndicale. « Cette problématique deviendra d’ailleurs encore plus prégnante dans les jours à venir avec la perspective d’un redémarrage progressif. Ainsi, selon toute vraisemblance, les écoles ne rouvriront pas complètement le 3 mai tandis que de plus en plus de parents-travailleurs devront reprendre le travail. Le parent amené à continuer le télétravail se retrouvera donc seul. De nombreux parents doivent prendre leurs congés (payés ou non payés) ou retomber sur le congé parental faiblement rémunéré. Ils se retrouvent (ou se retrouveront un peu plus tard au cours de l’année) ainsi dans une situation problématique sur le plan financier ou pratique. »

La FGTB demande donc un « congé parental spécial et flexible permettant de faire la transition. Il s’agira d’un congé d’un mois pour les familles monoparentales, pour les travailleurs qui ont des enfants de moins de 12 ans ou des enfants ayant besoin de soins. Il devra être pris en 2020 et permettra d’obtenir des allocations majorées pour démocratiser le droit. À cet égard, nous renvoyons au niveau du droit passerelle prévu pour les indépendants. »

Sources: RTBF – De Morgen – FGTB

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.