FR | NL | LU
Peoplesphere

Les discriminations à l’emploi sur base de l’âge se sont accélérées avec la pandémie.

Dans un nouveau rapport, l’OCDE indique que les pouvoirs publics et les employeurs devraient œuvrer de concert à la promotion d’une main-d’œuvre multigénérationnelle afin de s’adapter aux mutations en cours dans le monde du travail, qui se sont accélérées avec la pandémie de COVID-19. L’appel est simple : les employeurs doivent tout mettre en oeuvre afin de supprimer les obstacles à l’emploi pour toutes les générations, selon l’OCDE.

Le rapport Promoting an Age-Inclusive Workforce explique en effet que, d’ici 2050, plus de quatre personnes sur dix dans les économies mondiales les plus avancées devraient avoir plus de 50 ans. Dans les économies de l’OCDE, on comptera une personne de 65 ans et plus pour deux personnes âgées de 20 à 64 ans, contre une pour trois aujourd’hui.

Pourtant, les politiques publiques en vigueur dans les domaines de l’emploi et des retraites, ainsi que de nombreuses pratiques des entreprises, sont souvent étroitement liées à l’âge des travailleurs, plutôt qu’à leur capacité réelle de travail et à leurs besoins individuels. Si les travailleurs âgés n’ont jamais été en aussi bonne santé et aussi qualifiés qu’aujourd’hui, il n’en reste pas moins que leurs compétences restent souvent sous-utilisées et sous-estimées.

« Promouvoir une plus grande diversité en termes d’expériences, de générations et de talents peut procurer des avantages considérables aux travailleurs, aux entreprises et à la société dans son ensemble », a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría. « Les employeurs doivent mettre en place des initiatives en faveur de la diversité de l’âge au travail, dans une perspective de cycle de vie, en s’appuyant sur des politiques publiques favorables et un dialogue social de qualité ».

D’après le rapport, le niveau de vie dans la zone OCDE connaîtrait une amélioration sensible si le taux d’activité des travailleurs âgés augmentait. Un allongement de la vie active pourrait accroître le PIB par habitant de 19% en 2050 en moyenne dans les pays de l’OCDE si les taux d’emploi des travailleurs âgés rattrapaient partout ceux des pays les plus performants, comme l’Islande et la Nouvelle-Zélande.

La discrimination fondée sur l’âge reste un problème courant partout dans le monde, restreignant les choix professionnels pour les travailleurs âgés, et parfois même les plus jeunes, représentant un coût considérable pour les entreprises.

Plutôt que de se concentrer sur l’âge, les politiques du marché du travail devraient être adaptées à différents contextes et différentes situations individuelles. Une telle démarche suppose d’éliminer les distorsions liées à l’âge dans les pratiques de recrutement et d’encourager une culture de la diversité de l’âge, dans laquelle tous les travailleurs se sentent à l’aise et appréciés quel que soit leur âge.
Il est essentiel de retenir les talents. Le rapport montre que les employeurs qui répondent de façon positive à l’évolution des besoins des salariés à tous les stades de leur vie et de leur carrière améliorent leurs chances d’attirer, de motiver et de retenir leurs effectifs. Les travailleurs, quant à eux, sont susceptibles d’apporter une plus grande contribution à leur milieu de travailet d’œuvrer pleinement à l’amélioration de son efficience et de sa productivité.

Outre des modalités de travail plus flexibles, mettre en place des programmes de stages de retour à l’emploi et offrir des possibilités de planification de carrière et de planification financière tout au long de la vie des salariés peuvent constituer des politiques efficaces de rétention des travailleurs âgés comme des plus jeunes. Les mentorats inversés présentent également de nombreux avantages dans des environnements de travail multigénérationnels et contribuent à combattre les stéréotypes liés à l’âge.

Les pouvoirs publics et les entreprises devraient revoir leur conception de la formation et du développement des compétences. Actuellement, seuls 41 % des adultes dans la zone OCDE suivent une formation liée à l’emploi. En outre, les salariés qui sont plus jeunes, plus qualifiés et titulaires de contrats à temps plein sont davantage susceptibles de bénéficier d’une formation que les salariés plus âgés et moins qualifiés qui travaillent à temps partiel. Encourager les individus à entretenir et à développer leurs compétences tout au long de leur carrière et de leur vie permettrait de réaliser d’importants gains de productivité et d’aider davantage de travailleurs âgés à prolonger leur vie active.

Source: OCDE

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.