FR | NL | LU
Peoplesphere

Investir dans son développement personnel, une priorité majeure pour les free-lances menacés par la crise du coronavirus.

Les freelances attachent beaucoup d’importance au développement personnel pour se spécialiser toujours davantage. Même en cette période difficile, où il est souvent plus difficile de trouver des missions, une grande majorité a investi le temps libéré ces dernières semaines dans la formation continue. Alors que l’on pouvait imaginer qu’ils seraient épargnés par la crise, les freelances digitaux parviennent à maintenir leurs tarifs journaliers à condition d’investir dans la connaissance et le développement personnel.

C’est ce que révèle une enquête menée par NedWorks auprès de plus de 300 freelances actifs dans le marketing digital. Une petite minorité a dû réduire son tarif journalier, tandis que plus des trois quarts ont pu continuer à facturer au même prix.

Le statut de freelance a le vent en poupe depuis quelques années. De plus en plus de professionnels optent pour ce mode de travail, et les employeurs s’intéressent aussi de plus en plus aux freelances. À l’occasion de la Journée du freelance en Flandre, le jeudi 17 septembre, NedWorks réalise chaque année une enquête sur les tarifs journaliers des freelances actifs dans le marketing digital.

Cet été, plus de 300 professionnels ont donc à nouveau participé à l’enquête. Rien d’étonnant à ce que le COVID-19 ait perturbé leur travail. Il était plus difficile de trouver des missions, si bien qu’un freelance sur cinq a dû baisser ses tarifs ou réduire son régime de travail.

Les nouvelles sont toutefois généralement bonnes, car trois quarts des freelances interrogés ont pu continuer à pratiquer le même tarif journalier. C’est surtout grâce à la connaissance et à l’expertise qu’ils conservent leur valeur sur le marché malgré la crise. Les freelances digitaux investissent donc massivement dans l’autoformation. D’après l’enquête de NedWorks, la formation continue et le recyclage sont la plus importante source de dépenses pour les freelances. La moitié environ tire ses connaissances de la formation, tandis qu’à peu près six indépendants sur dix recourent également à leur réseau à cette fin.

L’attention portée au développement personnel est une tendance de longue date chez les freelances, et la crise actuelle n’y a rien changé. Au contraire, car quatre freelances sur cinq ont investi au moins autant, parfois plus, dans la connaissance. De plus, la moitié des freelances qui ont dû réduire leur tarif journalier ont indiqué qu’ils comprenaient l’importance de la formation continue et qu’ils miseraient davantage sur l’auto-apprentissage.

Compléter l’expertise

Dans le cadre de l’étude, NedWorks a également interrogé des employeurs qui font appel à des freelances. Plus de la moitié d’entre eux considèrent encore toujours un freelance comme une force temporaire pour absorber un pic de pression au travail. Pourtant, la moitié des employeurs se rendent compte que les freelances sont une solution unique pour compenser un manque d’expertise dans leur organisation. Étant donné qu’ils se forment en permanence et acquièrent aussi des connaissances via un réseau réparti dans différents secteurs, les freelances sont un complément que les employeurs ne peuvent retrouver parmi leurs collaborateurs fixes.

« Ce n’est évidemment pas un hasard si beaucoup de freelances ont consacré leur temps qui s’est libéré ces derniers mois à la formation. Il ne faut jamais gaspiller une bonne crise ! Ils augmentent leur valeur sur le marché en s’offrant encore plus d’expertise. La plupart des freelances qui n’ont pas dû modifier leur tarif journalier en raison du COVID-19 ont déjà investi régulièrement dans la formation continue par le passé », précise Ine Franckaert, Business Manager chez NedWorks.

« L’apprentissage continu était déjà une tendance importante avant la crise, surtout dans un monde digital qui évolue de plus en plus vite. La transformation digitale ne se limite évidemment pas à la technologie et concerne aussi souvent le transfert de connaissances. Grâce aux freelances, les entreprises ont accès à un réseau complet de connaissances précieuses. La digitalisation accélère tout, mais ce sont les gens qui font vraiment la différence », affirme Guy Gelaude, Chief Strategy Officer chez NedWorks.

Mathias Ervyn, expert freelance en marketing et storytelling, souligne l’importance du développement personnel : « Pour un freelance, la formation est cruciale. Toute personne agissant en tant qu’expert ou consultant pour des clients leur fournit une expertise particulière. Elle vient en partie de l’expérience propre, mais le monde digital change tellement vite qu’il convient de toujours rester au courant des dernières tendances. Mieux encore, il faut aussi connaître les tendances auxquelles vos clients seront confrontés à l’avenir. Si le COVID-19 a eu un effet secondaire positif, c’est que nous avons pu passer plus de temps à nous former, à lire et à suivre des cours en ligne. »

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.