FR | NL | LU
Peoplesphere

Au moment de choisir un job et un employeur, la jeune génération se dit sensible au titre de la fonction, aux actions en faveur du climat et au télétravail.

Qu’est-ce que les jeunes considèrent comme important sur le marché du travail? 57% des employés belges de moins de 34 ans déclarent qu’un intitulé de poste attrayant est une forme de reconnaissance importante. Aujourd’hui, l’intégration par les employeurs dans leur stratégie d’actions favorables à la protection de l’environnement, ainsi qu’une proposition attrayante de télétravail sont également des critères essentiels pour les jeunes sur le marché du travail.

Une étude menée par Robert Half a révélé quelques éléments marquants qui répondent à cette question. Il en ressort notamment qu’un intitulé de poste attrayant, la prise en compte des problématiques climatiques ainsi que le télétravail sont des critères majeurs pour la jeune génération.

Quelle que soit la personne, certains critères sur le marché du travail sont toujours en haut de la liste en termes d’importance tels qu’un salaire correct et un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée. L’enquête de Robert Half qui a été menée auprès de 1000 employés belges, a aussi démontré un certain nombre de critères auxquels les jeunes – en l’occurrence les employés belges de moins de 34 ans – sont particulièrement attentifs.

L’intitulé du poste comme forme de reconnaissance.

L’un des résultats les plus frappants de l’étude est la grande importance que la jeune génération attache à un intitulé de poste attrayant. En effet, 57% des employés belges de moins de 34 ans considèrent qu’il s’agit d’une forme de reconnaissance importante dans le cadre de leur travail. C’est presque deux fois plus que les autres catégories d’âge (35 % des 35-54 ans et 31 % des 55 ans et plus).

Il est d’autant plus marquant de constater que pas moins d’un jeune sur trois estime ce titre comme étant encore plus important que le contenu réel du poste.

« Un intitulé de poste est un repère pour le monde extérieur, quelque chose qui vous permet de donner aux autres une première impression de ce que vous faites et de votre position au sein d’une organisation. Cela donne également à de nombreuses personnes un sentiment de reconnaissance. Il est donc compréhensible que l’on puisse y attacher une importance particulière. Cependant, les employés ainsi que les employeurs doivent regarder au-delà du seul titre. Le contenu du poste doit toujours être suffisamment clair, car derrière un intitulé se cachent parfois plus de responsabilités que ce que l’on pense. Dans la même optique, accepter un emploi uniquement pour le titre n’est pas non plus une bonne idée. Le plus important est d’apprécier son travail, quel que soit son intitulé », explique Joël Poilvache, directeur chez Robert Half.

Les employeurs se doivent d’être attentifs aux questions climatiques

Les jeunes regardent également au-delà de leurs propres intérêts lorsqu’il s’agit de choisir un employeur. 71% d’entre eux pensent par exemple qu’il est important que leur employeur prête attention à l’écologie et au changement climatique.

« En tant qu’employeur, il est donc opportun d’adopter une position claire sur le changement climatique et de communiquer ouvertement sur les initiatives que vous prenez pour contribuer à son ralentissement en tant qu’entreprise. Il est également essentiel d’intégrer ses questions dans la culture de l’entreprise. En effet, cela permet de renforcer les valeurs que vous véhiculez en tant qu’entreprise et cela vous positionne en tant qu’acteur actif sur le sujet climatique pour les personnes toujours plus nombreuses qui se soucient de l’environnement”, précise Joël Poilvache.

Pour une grande partie des jeunes employés, l’importance des questions climatiques se traduit aussi concrètement par une réticence à l’égard des entreprises qui polluent l’environnement. En effet, 62% ne voudraient pas travailler pour une entreprise qui contribue activement à la dégradation de l’environnement et au réchauffement de la planète.

L’absence de télétravail comme facteur de rupture

Le Guide des Salaires 2022 publié par Robert Half au début du mois d’octobre montrait déjà que la nouvelle manière de travailler repose généralement sur la flexibilité et le télétravail. Ce dernier point est également un facteur important pour les jeunes employés. 60% des salariés de moins de 34 ans jugeraient problématique que le télétravail ne soit plus possible. Deux personnes sur dix (19%) envisageraient même de quitter leur emploi si le télétravail n’était plus possible.

« Pour beaucoup de personnes, notamment les jeunes qui tiennent à leur liberté, le télétravail (à temps partiel) est devenu la norme. Cette jeune génération est souvent en phase avec les évolutions technologiques, ce qui rend le télétravail encore plus évident pour elle. Un employeur qui a une politique claire en matière de télétravail et qui offre la flexibilité nécessaire à cet égard est donc certainement dans une position privilégiée », conclut Joël Poilvache.

 

Source: enquête en ligne réalisée par le bureau d’études iVOX pour le compte de Robert Half entre le 1 et le 11 octobre avec un panel de 1000 employés belges, représentatifs pour la langue, le sexe, l’âge et le diplôme. La marge d’erreur maximale pour 1000 salariés est de 3,02%.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.