FR | NL | LU
Peoplesphere

Une réalité très diverse pour les PME face à la pandémie: télétravail, chômage temporaire ou pénurie de travailleurs!

La mesure d’aide temporaire « chômage temporaire » aide six PME sur dix (59 %). Quatre PME sur dix n’invoquent pas le chômage temporaire. Un tiers des PME peuvent miser massivement sur le travail à domicile. 10 % d’entre elles ont une pénurie de personnel et 5 % comptent de nombreux malades. Le baromètre SD Worx des intentions de recrutement des PME (de moins de 250 travailleurs) descend en piqué avec la crise du COVID-19 : les intentions d’embauche jusqu’à fin juin dégringolent.

 » Une PME sur trois mise massivement sur le télétravail pour maintenir ses activités. Pour six PME sur dix, le chômage temporaire pour cause de force majeure constitue une solution temporaire pour surmonter cette période difficile. », explique 40e enquête sur l’emploi pour le compte du prestataire de services RH SD Worx auprès de 1 025 dirigeants d’entreprise et responsables du personnel.

Quatre PME sur dix (41%) n’invoquent pas le chômage temporaire. Une grande partie d’entre elles (35%) ne comptent pas non plus le faire après le 19 avril, mais quatre organisations sur dix (39%) sont dans le flou.

Le pourcentage de PME qui font appel au chômage temporaire est plus élevé dans les grandes PME que dans les petites PME. Ainsi, 45% des PME de moins de 5 travailleurs ne font pas appel à cette mesure d’aide, contre 24% des PME avec plus de 20 collaborateurs. Si les plus petites PME utilisent le chômage temporaire comme mesure d’aide, elles le font généralement à 100%; les plus grandes PME optent plutôt pour le chômage temporaire pour une partie du personnel ou du temps de travail.

« Environ une PME sur dix (9 %) a actuellement une pénurie de personnel. L’explication réside d’une part dans la fermeture obligatoire et la quantité de travail : près de la moitié des PME ont temporairement moins de travail (46 %), une minorité ont du travail en plus (12 %) et une partie ont autant de travail qu’avant (17 %). D’autre part, une organisation sur trois déclare (actuellement) compter peu ou pas de malades. Seules 5 % d’entre elles comptent de nombreux absents pour cause de maladie. C’est un signe encourageant. Pour l’heure, les PME veulent pouvoir maintenir leurs activités pour pouvoir ensuite démarrer ou redémarrer plus facilement », explique Vassilios Skarlidis de SD Worx.

Un tiers des PME craignent un impact négatif important sur l’emploi structurel

Près de 20 % des PME s’attendent à un impact négatif léger. Exactement la moitié des PME indiquent que le coronavirus a un impact négatif léger ou fort sur l’emploi structurel (contre seulement 27 % lors de l’enquête menée au cours de la première moitié du mois de mars).

Vassilios Skarlidis de SD Worx poursuit : « Depuis que les mesures de crise ont été prises, il semble que l’embauche structurelle soit gelée jusqu’à fin juin dans de nombreuses entreprises : nous observons un net recul des intentions de recrutement, de 34 % à 11 %. En même temps, les intentions de licenciement sont passées de 8,5 % à 16 %. Début avril, davantage de PME s’attendent aussi à avoir moins de travail qu’au cours de la première quinzaine de mars. »

 

Source: SD Worx – 40e enquête sur l’emploi pour le compte du prestataire de services RH auprès de 1.025 dirigeants d’entreprise et responsables du personnel.

This website is brought to you by Quasargaming.com's online Fruitautomaten games such as Speelautomaten and Gokautomaten.